Kankan : Les enseignants contractuels hausse le ton et menacent de boycotter les cours !

Les enseignants contractuels de Kankan, ont tenu une importante  assemblée générale ce Samedi 27 Avril 2019 dans l’enceinte de l’école primaire franco arabe Nouria situé au quartier Missira dans la commune urbaine. L’objectif était de dissiper les confusions après l’affichage de listes les concertants par les autorités éducatives. En colère, le coordinateur régional Laye Camara, appelle à manifestation pacifique ce lundi 29 avril 2019.

Après de longues heures de déclaration enflammées, sous les hospices de centaines de jeunes contractuels de la région, Laye Camara, coordinateur régional des contractuels à Kankan, a assuré que c’est suite à la dégradation des négociations en cours avec les autorités éducatives nationales, pour leurs intégration à la fonction publique, qu’ils ont décidé de durcir le ton.

« On a voulu privilégié le Dialogue. Mais on voit qu’en privilégiant le dialogue, on veut se foutre de notre gueule. Des listes sortent n’importe comment. C’est donc pour dire que nous en avons marre de tout ça, que nous décidons de durcir le ton. Toute la région saura de quoi nous somme capable le lundi ». A-t-il prévenu.

Plus loin, il dénonce aussi un rançonnage des autorités et lance donc un appel au boycotte des cours dans les écoles dès ce lundi prochain.

« On a constaté aussi qu’ils sont entrain de favoriser des gens qui ont de l’argent au détriment des autres qui n’en n’ont pas. C’est pour cela que je suis très révolté et je demande l’appui de tous les enseignants contractuels de la région. Je demande à tout le monde d’abandonner les cours. On doit se faire entendre ». A-t-il lancé.

Enfin, pour éviter toute sorte de dérapage lors de cette éventuelle manifestation, il invite ses confrères à faire preuve de pacifisme.

« Je demande à tous les enseignants contractuels, de ne pas faire usage de jet de pierres ni d’aucune autre forme de violence. Nous allons manifester en intellectuel. Nous avons sauvé l’école guinéenne d’une année blanche alors, nous ne saurions être contre les élèves ni contre les autorités, mais nous réclamons légitiment notre insertion à la fonction publique sans démagogie ».

A noter qu’en cette année scolaire mouvementée à cause de plusieurs remous revendicatifs des enseignants du pays, c’est la toute première fois que les cours sont menacés dans la circonscription de Kankan.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.