Kankan : Quelques jours après l’ouverture des classe, les frais de scolarités excédent dans les établissements scolaires privés !

Convoités surtout pour leurs infrastructures modernisées, ces différents établissements scolaires privés de Kankan proposent cette année, des frais d’écolage, allant de 550.000 FG jusqu’à 1.200.000 FG par an, en fonction des  différents cycles et des différentes classes.

Pointés du doigt pour avoir augmenté cette année leurs frais d’études, comparativement à l’année précédente, Traoré Labilaye Moussa, responsable chargé de la scolarité, au complexe scolaire de Karifamoriah, (COSNAK) s’est défendu.

« Ecoutez, je vous dis que cette année, il n’y a pas eu d’augmentation chez nous. Monsieur le fondateur a été très indulgent, compte tenu de la conjoncture que traversent les parents d’élèves actuellement. Les trois sessions du cycle de la maternelle coûte annuellement 600.000 FG, le primaire du CP1 au CM1, 650.000 FG, le CM2, 750.000 FG ; le collège de la 7ème à la 9ème, le coût s’élève à 800.000 FG ; au lycée, c’est pareil sauf en terminal, là c’est 1 million de FG. Ça fait trois ans que nous reconduisons les mêmes prix  » !

Cependant, du côté de certains parents d’élèves, ce n’est pas le même son de cloche. Amara Kaba, a déjà engagé une procédure pour le transfert des dossiers scolaires de sa jeune sœur vers une école publique. Rencontré justement au sortir de ce service de la scolarité, il contredit.

« Je suis venus retirer les dossiers scolaires de ma jeune sœur dans cette école. Ça fait trois ans qu’elle étudie ici, chaque année, ils nous font payer plus chère. Tenez, l’année passée par exemple, ces frais d’études s’élevaient  à 800.000 FG, cette année on est passé à 850.000 FG. A cela, il faut ajouter les frais de transport. Le bus scolaire par an coûte aussi plus de 800.000 FG. En somme, ce n’est pas moins de deux millions que je débourse ici. Et malgré tout ça, son niveau ne s’améliore même pas. On ne voit aucun bon résultat», s’est-il alarmé.

Du côté du complexe scolaire catholique Saint Jean,  situé en plein cœur du quartier Bordo, les frais de scolarité ont été augmentés de 100.000 FG, l’an passé. Du coup ils s’élèvent actuellement de 600.000 FG  à 800.000 FG.  Frère Simon Sambou, chargé des finances de cette école, nous-en donne les raisons.

« On a procédé à cette augmentation, l’année dernière  à cause des charges qui pèsent sur l’école. Comme vous le savez, on doit payer les enseignants et tous les autres membres du personnel et effectuer d’autres dépenses relatives à l’organisation. Et puisque l’école est appelée à se développer, on a certain projets dans ce sens. Du coup sans trop forcé sur les moyens des parents d’élèves, on a fait cette augmentation pour faire face aux projets que nous avons vis-à-vis des élèves».

Aussi, même si gestionnaires et parents d’élèves, ne reprochent aucun changement cette année, au niveau de leurs frais de scolarité, les groupes scolaires Emanuel de la Briqueterie et 2MS du centre ville, détiennent le record des écoles les plus chère à Kankan, avec des frais annuels de scolarité qui varient  respectivement, entre 550.000 FG et 1.200.000 FG. Et d’autres établissements privés comme les groupes scolaires El Hadj M’bemba Touré, Lac Léman et Aicha Bah, sont loin de faire exception à cette réalité.

S’exprimant pour sa part sur la situation, le directeur préfectoral de l’éducation, Namory Kéita, s’est dit préoccupé de la situation et sans préciser quand, il entend se concerter avec les autorités territoriales et administratives, pour prendre une décision drastique qui pourrait conduire à la fermeture de certaines écoles privées de la localité.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.