Kankan : Toute la région, plus que jamais exposée au risque du VIH Sida !

Le virus du SIDA se propage en Haute-Guinée d’une manière inquiétante. Selon le dernier rapport publié par le centre de prise en charge des personnes vivantes avec le VIH, tout le long terme de l’année précédente, l’indice de prévalence en Haute-Guinée, n’a fait qu’augmenter. Le phénomène des rapports sexuels non protégés est la cause fondamentale de cette situation alarmante. C’est dans cette optique que les agents du service de prise en charge de cette épidémie, ont lancé un cri de cœur.

A l’hôpital régional de Kankan, se trouve une unité spéciale de médecins qui s’occupent des personnes touchées par le virus du VIH. Dr Sampou  Mamie, Médecin chargé de la prise en charge des personnes vivantes avec le VIH, au terme de l’année, 2018, les statistiques n’ont pas été tendres. Plus de 3.000 personnes porteuses du VIH, sont enregistrées au sein de ce service, mais à peine 2000 suivent régulièrement leur traitement.

« Aujourd’hui, nous avons 3.368 malades du sida enregistrés chez nous. Ceux qui viennent régulièrement prendre les médicaments, sont au nombre de 2.000. Certains malades ont été transférés vers d’autres sites. Il y en a qui décèdent sans qu’on ne sache et d’autres qui nous sont perdus de vu». A-t-elle affirmée.

C’est compte tenue de la gravité de cette situation, qu’elle lance ce cri de cœur. Dr Sampou: « Au niveau de la Haute Guinée, il y a vraiment un problème. Il faut que les gens sachent que le VIH, est entrain d’évoluer à grand pas. Le taux de prévalence est à 1.7.  On est à 14 % !». A-t-elle alerté.

Par ailleurs avant d’exposer sur les mesures de prévention en vigueur, elle a énuméré  quelques symptômes du VIH SIDA.

« La diarrhée, la toux et la fièvre persistent. Mais ce sont des signes mineurs. C’est pourquoi, il faut toujours se faire dépister. Sinon après, d’autres complications peuvent apparaître, des boutons et des tâches noirâtres sur le corps. C’est pourquoi, il n’y a pas d’affaire de jeune, ni de vieux, il faut utiliser les préservatifs avant tout rapport sexuel à risque. Eviter les objets tranchants usés ».

Enfin pour conclure son intervention, la jeune spécialiste, a invité les populations de Kankan, a faire leur test de dépistage pour connaitre leur statut sérologique et à s’abstenir de tout comportement à risque.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.