Kankan : Les transporteurs de camion-citerne d’hydrocarbures sont en grève, le litre de l’essence s’envole !

Les conducteurs de camions citerne qui ravitaillent chaque jours les stations services de la ville de Kankan  en hydrocarbures, sont en grève illimitée depuis ce mardi 19 septembre 2017 !

Ils fustigent leurs conditions de travail et réclament auprès de leurs employeurs, une augmentation de salaire ainsi qu’une prise en charge.

Au quartier, Mobile, juste à la rentrée de la ville de Kankan, se trouve une bonne dizaine de camion-citerne immobiles. Car leurs chauffeurs ne sont pas contents de leurs conditions de travail.

Sous couvert de l’anonymat, l’un d’entre eux nous a confié que depuis 2009, ils ont posé ces revendications et qu’après des années de négociation, ils n’ont jamais été  satisfaits. C’est pourquoi, ils disent être prêt à poursuivre cette grogne jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause auprès de leurs employeurs respectifs au nombre desquels, les sociétés Total, Shell, Vivo énergie etc.…

Pour lui, cette mesure de grève est de rigueur sur toute l’étendue du territoire. Toutefois, ils s’engagent à offrir un service minimum d’approvisionnent pour atténuer la douleur des consommateurs.

Yakouba Traoré, représentant préfectoral de l’office national de pétroles à Kankan, au sortir d’une négociation avec les frondeurs annonce quelques avancées notoires notamment, le ravitaillement des réserves de la société  d’électricité EDG.

« Ils nous ont promis de  livrer chaque jour au moins trois citernes, avant qu’on ne trouve une issue de sortir à cette crise et ils ont aussi accepté d’apporter à la société EDG 40.000 litres de gasoils. Nous nous battons toujours auprès d’eux pour qu’ils en fasse davantage pour le bonheur des concitoyens ».

Qu’à cela ne tienne, cette grève commence à avoir déjà ses répercutions sur le coût de l’essence chez les revendeurs clandestins.

L’un des ces tabliers, sous couvert de l’anonymat ne cache pas avoir haussé le prix du litre de l’essence de 8.500 à 9.000 GNF et assure également que d’autres sont entrain de vendre le litre jusqu’ à 10.000 GNF.

A noter que tous les yeux restent rivés vers les conclusions des négociations qui se tiennent entre les représentants syndicaux et le patronat de ce secteur des hydrocarbures à Conakry, pour tenter de mettre fin à cette grogne.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.