KANKAN : Un corps sans vie, retrouvé dans une école primaire !

Un  corps sans vie a été retrouvé jeudi matin dans l’école primaire du secteur 4 au quartier HEREMAKONO 2,  dans  la commune urbaine de KANKAN, ce jeudi 20 septembre 2018. Après l’autopsie, selon les autorités dudit quartier, il a été conclu que cet individu non identifié a été  emporté par une  mort naturelle.

Aussitôt informé par un citoyen résident, le chef de quartier, EL HADJ FADAMA CONDE, affirme avoir interpellé sur le champ les autorités, hospitalières, administratives et policière de la ville.

« J’ai été informé par MAMADI BAMBA un citoyen du quartier. Il m’a alerté qu’il y a un corps dans notre école primaire qui se trouve derrière le bureau local du PAM (Programme Alimentaire Mondial). Immédiatement je me suis rendu sur le lieu, j’ai trouvé qu’il y avait effectivement un corps sans vie. C’était un homme qui pourrait avoir 35 ans, d’une taille moyenne et un peu de teint clair. Directement, j’ai informé toutes les autorités compétentes, à savoir le secrétaire général chargé des collectivités locales de la préfecture, la croix rouge, des médecins légistes et les agents de police » a-t-il cité.

Sur cette même lancée, il ajoute qu’après l’autopsie, les médecins légistes ont déduit,  face aux habitants du quartier, qu’agit d’une mort naturelle.

« Les infirmiers nous ont qu’il a subi une mort naturelle. Il n’a pas été battu, ni poignardé  ». A-t-il poursuivi. 

Aucune pièce d’identité n’a été retrouvée sur la dépouille pouvant l’identifier et aucun citoyen n’a  pu le reconnaitre. Pour le chef de quartier, plusieurs signes font croire que cet individu retrouvé mort, est un malade mental.

« Le défunt n’avait pas de chaussures et ses vêtements étaient déchiré, il y avait même les vieux boite de tomate  à coté de lui. Tout ça évoquait chez lui, des signes de folie» A-t-il pensé.

A noter que le corps de l’individu en question, a été inhumé au cours de la même matinée de ce jeudi 20 septembre 2018, sous l’instruction des autorités communales au grand cimetière du quartier KOKOUDOUNI.

IBRAHIM DIALLO, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.