Kassory-Bantama : l’opportuniste avisé et le laquais aveuglé !

Il y a actuellement une réelle friction entre l’opportuniste avisé qui avait déclaré que le bilan d’Alpha Condé est globalement négatif avant de ravaler tout et changer – « Le bilan d’Alpha Condé est globalement positif» – et le laquais aveuglé par un militantisme désuet.

Entre Ibrahima Kassory Fofana et Bantama Sow ce ne sont vraiment pas des atomes crochus. Ils n’ont rien de commun si ce n’est leur rapprochement à Alpha Condé. Le premier est un leader politique ayant siégé au Parlement avant d’être coopté pour un poste qui grignote ici et là  pour exister. Tous les voyages à l’étranger, il le fait avec son mentor devenu le Magellan guinéen. Ils annoncent aux Guinéens des milliards USD et d’Euros. Ceux-ci salivent et rêvent, comme au temps du PPTE. IKF a pignon sur rue auprès d’Alpha Condé. Il est consulté sur bien des dossiers. Il est rendu bien fort. De son côté, Bantama Sow tente de ramener tout le monde au pas, surtout les ministres, afin que ceux-ci rallient le siège du parti chaque samedi, au risque de se voir embêtés.

Il est allé jusqu’à agacer Kassory, lequel, sans langue de bois se lâche : «Je ne sais pas qui il est. Ces propos sont totalement irresponsables, ils ne reflètent pas les points de vue du président de la République. Ça veut dire de son patron. Vous savez, quand les gens sont devant la radio et la télévision, ils racontent du n’importe quoi. Ce ne sont pas des propos réfléchis. Le président Alpha Condé est au pouvoir grâce à l’adhésion populaire, grâce à l’union des forces entre son parti et les autres. » Ils n’ont pas le même gabarit, mais semblent servir la même personne, chacun à sa façon et avec des objectifs différents. L’agité militant, pompé à bloc à cause de son apparent rapprochement avec Alpha Condé s’attaque à tout le monde, mais, là, il est tombé sur un os. Il ne saurait donc atteindre Don Kass. Du moins, pour le moment.

Le petit Sow entend faire et défaire des ministres, comme au temps de Sylla Patronat, une certaine Chantale Cole et Sékhouna Soumah, etc. Un temps révolu. Bantama a une feuille de route mais ne semble point être intéressé par cela. Ce qui le préoccupe, c’est comment faire survivre le RPG. Un réel mélange de genres qui porte préjudice au bon fonctionnement du Département qu’il est appelé de gérer. Il est actuellement le symbole même de la médiocrité.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.