Kassory revient sur le limogeage de Paul Moussa Diawara et Cie

Paul Moussa Diawara et Cie sont désormais devant les tribunaux. Ainsi en a décidé le gouvernement Kassory Fofana. Le Premier ministre est d’ailleurs revenu sur ce cas au cours d’une déclaration à la télévision nationale.

« Ces deux cas, je les ai trouvés sur la table de mon prédécesseur, c’était des cas déjà instruits qui ont fait le cap de toutes les missions de contrôle. Donc, j’ai pris la décision, pour ne pas être dans l’arbitraire, de les limoger et de les renvoyer devant les tribunaux. A eux de prouver que ma décision n’est pas juste. Mais qu’on me dise pas, sans dossiers, il faut continuer. Nous allons renforcer les philosophies de travail des inspections et les moyens d’intervention », dira le Premier ministre.

Avant de rappeler que « La lutte contre la corruption, c’est un axe majeur de l’action du gouvernement. Les lettres de mission assignées à chaque ministre signées de ma main mettent en exergue clairement ces données par rapport à l’ensemble du gouvernement. C’est le dénominateur commun dans les missions assignées aux membres du gouvernement. Toute une batterie de mesures est en cours dans ce sens. Mais quand les gens disent, il a déjà sanctionné deux cadres accusés de corruption mais ça s’arrête là, qu’on me donne des preuves qu’il y a d’autres cas de corruption prouvés. »

De toutes les façons, « J’ai déjà dans mon programme de travail, une série d’établissements publics qui doivent faire l’objet de contrôle systématique : contrôle de procédures, contrôle de moyens, contrôle financier. Je lance un appel aux citoyens, si vous connaissez des cas de corruption prouvés, les portes de la Primature vous sont ouvertes, venez nous en saisir, nous n’hésiterons pas. Mais il y a aussi un deuxième aspect dans la lutte contre la corruption qui est tout aussi important, c’est l’aspect incitatif. »

Dans la lutte contre la corruption, Don Kass a fait une demande au ministre en charge de l’emploi, « de travailler sur la revue du système de rémunération pour que là aussi il y ait une adéquation entre l’effort, le sacrifice, le niveau de salaire ou d’indemnités. »

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.