Kindia : Un imam visé par une plainte

 

Suite à sa sortie médiatique, au cours d’une réunion à laquelle, il a  invité des citoyens de Kindia de s’opposer  l’installation du Maire élu, l’imam de Tafory est visé par une plainte.

El hadj Mamoudou Camara, qui se trouve être l’oncle maternel du ministre de l’Environnement, Oyé Guilavogui, a déclaré devant des partisans du parti au pouvoir jeudi, que « la ville de Kindia renferme aujourd’hui toutes les ethnies, mais il ne faut pas oublier que c’est l’ethnie soussou qui a fondé cette ville. D’où l’appellation la ville de Manga Kindy Camara. », a-t-il entamé. Avant d’ajouter :

« Nous voulons un maire qui est originaire de Kindia, celui qui aura pitié de la population, celui qui pourra résoudre les problèmes de la population de Kindia et instaurer la paix. C’est pourquoi, j’ai invité tout le monde au siège de Kania Langni ce jeudi pour leur dire d’être unis, car le développement de Kindia ne se fera pas en l’absence de ses fils », a déclaré l’imam de la grande mosquée de Tafory au micro de nos confrères de Guineematin.com.

Il n’en fallait pas tenir des tels propos pour ce religieux dans un pays où le tissu social reste encore fragile. Des réactions et des condamnations se multiplient. D’abord le Balai citoyen, une structure de la Société civile, ensuite le Maire élu et l’UFDG, la principale formation politique de l’opposition, qui a déjà constitué un pool d’avocats, qui devront déposer une plainte dans les prochains jours.

Selon le porte-parole du   collectif des avocats de l’UFDG, les propos de l’imam portent atteinte à  l’unité nationale et constituent une grave violation de l’article 4 de la Constitution et l’article 313 du code de procédure pénale, sur l’ethnocentrisme et le régionalisme.

C’est pourquoi, ajoute Me Béavogui, « nous allons constituer le dossier pour que le droit soit dit, parce que nul n’est au dessus de la loi et ces propos ne resteront pas impunis, parce que l’imam est allé sur le terrain politique qui n’est pas son domaine ».

Poursuivant, Me Salifou Béavogui, ajoute : « le rôle d’un religieux est de purifier les esprits et non d’aller sur un terrain politique. C’est pourquoi l’UFDG et Abdoulaye Bah vont porter plainte contre lui, parce que nul n’est au dessus de la loi»

De son côté, Abdoulaye Bah, Maire élu, s’exprimant dans l’émission ‘’Africa 2015’’ chez nos confrères de Nostalgie fm, parle de manipulation.

Selon le Maire élu, « Le Procureur de la République près du tribunal de première instance de Kindia, devrait s’auto saisir parce que la loi le permet pour arrêter cette machine infernale qui risque de mettre en mal le tissu social à Kindia. Nous sommes une ville cosmopolique comme Mamou, les gens ont voté pour moi ici, j’ai travaillé à fonds ici, j’ai fait un travail sérieux, j’ai été élu sur la base de mon bilan de 2 ans et 2 mois à la tête de la Commune. Nous sommes des jeunes qui savent travailler et qui aiment le travail et ils ne veulent pas que les gens travaillent pour ce pays. Mais seulement, est –ce qu’on est né pour manger et mourir, non ! Il faut qu’on travaille pour la Guinée », estime  Abdoulaye Bah, visiblement très choqué par cette sortie du religieux.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.