Kory Kondiano : le temps du gros mensonge !

Le président Kory Kondiano avait adressé un courrier à l’opposition : « l’Assemblée Nationale a accédé à votre demande de sa mise à contribution pour rechercher à notre niveau des solutions pouvant répondre à vos préoccupations. C’est dans cette logique qu’ont été programmés pour être examinés en plénières: le code électoral et la loi sur la CENI, et que nous avons accepté d’interpeler le Gouvernement sur les sujets qui ne relèvent pas de l’Assemblée Nationale. Nous devons ensemble examiner les textes et réfléchir sur les problèmes pour lesquels les solutions ne peuvent être trouvées qu’au niveau de l’Exécutif. »

Cette démarche avait donné de l’eau dans la bouche des opposants qui ont vu en l’homme une responsabilité historique. C’était en réalité un gros mensonge pour tenter de déjouer la crise qui perdure. Après tout, selon Dalein Diallo, une proposition de loi avait été déposée au bureau du président de l’Assemblée nationale depuis des lustres mais qui est restée sans suite. Extrait : « Lorsqu’on va dans la rue il faut comprendre qu’on a frappé à toutes les portes parce qu’on aurait pu discuter la question au niveau de l’Assemblée parce que c’est une loi qui met en place la ceni. Mais ils ont refusé systématiquement alors qu’on a fait une proposition de loi, on a rédigé une lettre adressée au président de l’Assemblée nationale pour dire qu’il faut alors puisqu’on avait pas ouvert une session extraordinaire des lois pour examiner le cadre institutionnel et juridique du processus électoral, d’accepter que la session budgétaire compte tenu de l’urgence et de l’importance qui s’attache à la mise en place des institutions qu’on examine ils ont refusé ».

Peut-on vraiment prendre le président du Parlement très au sérieux ? A chacun d’en juger.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.