La CEDEAO, Alpha Condé et l’arbre qui cache la forêt…

S’agissant de la situation politique en République de Guinée « réaffirme son exigence pour la libération immédiate et sans condition du Président Alpha Condé. Elle rappelle encore qu’elle tient les membres du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) pour responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du Président Alpha Condé. »

La CEDEAO ne peut pas en dire plus. Ce clan de gangs dont certains membres salivent déjà en s’octroyant un 3è mandat ou en rêvent tente juste de tirer la couverture sur lui, prétextant apporter soutien moral et psychologique des présidents déchus. Le cas Alpha Condé n’est que l’arbre qui cache la forêt.

De toutes les façons, sous Dadis Camara, les mêmes sanctions, voire plus difficiles à supporter avaient été prononcées, mais, la junte d’alors avait réussi à réaliser des travaux d’infrastructures routières : bitumage de certaines ruelles de Conakry, sur fonds propres. Car, les militaires avaient mis la main sur des bandits à col blanc et ils avaient fait cracher certains montants volés des caisses de l’Etat.

Si la CEDEAO voulait bien aider Alpha Condé, elle se serait impliquée dans la crise, pour anticiper la cristallisation qui a abouti à la chute du despote. Mais, elle a préféré être des témoins passifs. Aujourd’hui, elle se bouge pour pomper l’air avec un calendrier pondu et qui est soumis à la junte guinéenne, alors que seulement le fichier électoral (son toilettage) risque de prendre au moins trois mois, sans compter les aléas, sans compter la révision et de nouveaux enrôlements.

En attendant, « la tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée… », rapporte le communiqué.  Et Bah Oury de répliquer : « Il est dangereux, sous prétexte de croire qu’il suffit d’aller directement à des élections que la question guinéenne sera résolue. Nous avons péché par le passé, parce ce genre de précipitations, qui ont conduit à des pouvoirs qui n’ont pas été à la hauteur des attentes et des ambitions du peuple guinéens. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. bateka dit

    La Guinée dit quitter cette CEDEAO devenue syndicat des dictateurs et escrocs!!!
    Ou étaient ils quand Alpha Condé massacrait les enfants aux mains nues?
    Tout leur souci c’est d’extirpé. Alpha Condé sans jugement
    Pas question.
    Alpha Condé doit répondre de ses actes

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.