La future puce Kaby Lake-G créée par Intel et AMD se dévoile sur une première image

Annoncée la semaine dernière, la collaboration entre Intel et AMD pour la création de puces SoC dites EMID (Embedded Multi-Die Interconnect Bridge) n’a été qu’à moitié une surprise. En effet, depuis cet été, des rumeurs et des documents ressemblant à des présentations très officielles n’ont cessé de fuiter sur la toile, laissant présager qu’une annonce serait surement faite avant le CES 2018. Et ce, pour officialiser (on croise les doigts !) en fanfare quelques machines à Las Vegas, début janvier.

Première photo de Kaby Lake-G : oh, la belle puce !

La (première ?) génération de puces EMID devrait porter le doux nom de code de Kaby Lake-G. Voici à quoi ressemble vraiment cette nouvelle puce, en situation. Normalement pensée pour les PC portables, on peut clairement voir sur la photo ci-dessous, que c’est sur une carte mère de PC classique qu’elle prend place. Les barrettes mémoires positionnées à la verticale ne trompent pas. De là à penser que les Kaby Lake-G pourraient aussi trouver leur place dans une prochaine génération de NUC – les minis PC d’Intel -, nous ne prenons pas trop de risques !

Intel Kaby Lake-G

Selon Bits and Chips qui a publié la photo sur son compte Twitter, la puce graphique embarquée pourrait bien égaler les performances d’une Radeon R9 285, une mouture qui date de fin 2014. Pour rappel, il s’agit de l’une des cartes graphiques dédiées d’AMD. 

Bien qu’Intel se refuse à commenter quoi que ce soit à ce propos, cette famille de puces flambant neuve devrait logiquement intégrer la génération Core actuellement en activité, la huitième pour être exacte.
Une famille qui se compose, pour rappel, des puces Kaby Lake-R (Refresh) pour PC ultraportables (Core i5/i7-8xxxxU) avec quatre coeurs physiques (hyperthreadés) d’une part et des processeurs Coffee Lake-S, d’autre part. Ces derniers vont rapidement peupler les PC de bureaux et introduisent, pour la première fois chez Intel, des modèles à 6 coeurs natifs (sans et avec hyperthreading) vendus moins de 430 euros dans le catalogue (Core i3/i5/i7-8xxxx(K)).

Comme des airs d’APU, ces EMIB

Quoi qu’il en soit, les EMIB d’Intel nous rappellent les solutions tout-en-un APU développés par… AMD. D’ailleurs, une nouvelle génération d’APU a récemment été lancée par l’ex-fondeur de Sunnyvale, les Ryzen Mobile with Vega Graphics (ou Ryzen Mobile pour faire plus court). Si la construction et la conception diffèrent entre ces dernières et les EMIB, la finalité est la même : proposer des PC portables (ou des minis ordinateurs de bureau) avec une partie graphique plus solide que les actuels contrôleurs intégrés, tout en assurant un rapport performance/consommation intéressant.

Avec l’arrivée toute récente de Raja Koduri (ancien Monsieur Radeon chez AMD) comme Chief Architect et Vice President en charge de la Division Graphique (Core and Visual Computing Group) chez Intel, le géant bleu semble vouloir revenir en force sur le marché des solutions graphiques pour PC. Les EMIB pourraient bien ne constituer qu’un premier pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.