La Guinée de Condé vue par Dalein : « Un Etat voyou ! »

Les tueurs des militants de l’opposition sont désormais appelés des mécréants par Dalein Diallo. La Guinée d’Alpha Condé qualifiée d’Etat voyou par le même chef de fil de l’opposition.Dalein Diallo monte ainsi d’un cran dans la rigidité et le ton du discours.

«Lorsqu’on parle d’Etats voyous, qui ne respectent pas la Constitution et les lois de la République, vous arrivez en Guinée, vous en avez l’exemple. On ne peut pas se comporter comme ça. Lorsque le RPG n’arrive pas à réunir le quorum  lui permettant de désigner les maires, on n’installe pas, et lorsqu’ils n’y arrivent pas du tout, ils excluent les autres, ils disent qu’ils ne participent pas à l’élection.  Nous sommes dans une République bananière. C’est inacceptable. Monsieur Alpha Condé qui revendique 40 ans de combat pour la démocratie et les libertés, c’est le plus grand dictateur qu’on puisse avoir aujourd’hui en Afrique…»,

Le diagnostic est implacable. L’image utilisée par Dalein Diallo est autant une bonne incise pour nommer réellement le régime de Conakry. Etat voyou ? La Guinée l’est vraiment ! L’expression vient tout droit des États-Unis. En fonction des différentes administrations au pouvoir à la Maison-Blanche, se succédèrent des qualificatifs tels qu’« États voyous », « États préoccupants », ou plus récemment « Axe du Mal ». Dès son entrée en fonction, George W. Bush rétablit l’appellation d’«État voyou ». Bien que non officielle, la liste ne laissait aucun doute sur les États visés. Il s’agissait de la Libye, de Cuba, de la Corée du Nord, de l’Irak, de l’Iran et de la Syrie. Parmi les critères officieux figuraient le caractère dictatorial du régime, sa participation à la prolifération des armes de destruction massive ou les atteintes à la sécurité internationale. Le régime de Conakry trouve donc, de l’avis de Dalein Diallo, sa place dans ce gotha de despotes fermés aux libertés et à la démocratie.

De toutes les façons, l’expression d’État voyou renvoie à l’idée d’un État qui ne respecte pas les lois internationales les plus essentielles, organise ou soutient des attentats, ou viole de manière systématique les droits les plus élémentaires de l’être humain. Le RPG appréciera !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.