La Guinée déclare la guerre aux médicaments contrefaits‏

Depuis plus d’une semaine, les Services spéciaux de lutte contre la drogue et les crimes organisés en collaboration avec le Syndicat de l’ordre national des pharmaciens de Guinée mènent une lutte acharnée contre les médicaments contrefaits. Ce mercredi 22 juillet, les acteurs de la profession et les autorités locales se sont entretenus à Conakry pour unir leurs forces.

Le colonel Moussa Tiegboro Camara a justifié les raisons de cette rencontre  par la volonté de mettre en œuvre des stratégies permettant d’éradiquer le phénomène. “Nous voulions aujourd’hui discuter de nouvelles stratégies pour mener à bien cette mission (la lutte contre les faux médicaments). Tout le monde sait que ce marché illicite de médicaments est un danger permanent pour la santé publique”, a-t-il rappelé. Pour lui, il n’y a pas de raison que nous restions tous conscients du danger d’un fléau et que nous ne puissions pas se lever pour faire face à ce fléau.

Selon Manizé Kolié, le secrétaire général de l’Ordre national des pharmaciens, la Guinée est victime de son hospitalité. “La Guinée est quelque fois victime de sa façon d’accueillir les étrangers. C’est pourquoi les [mafias] ont élu domicile dans notre pays pour nous détruire”, a expliqué M. Kolié au cours de son intervention.

Il y a quelques jours, les cliniques du Docteur Hamza et du groupe Herbal Guinée appartenant à des tradipraticiens Ghanéens et Nigérians ont été fermées par les hommes de Tiegboro qui les accusent de contribuer à la dégradation de la santé de citoyens en leur faisant croire qu’ils peuvent soigner toute sorte de maladies, y compris celles que la médecine moderne peine à traiter.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.