La Guinée sur le pied de guerre contre les terroristes

Le Ministre de la Justice a soumis pour examen le projet de Loi portant prévention et répression du terrorisme en République de Guinée. Me Cheick Sakhoa rappelé au cours d’une rencontre avec le gouvernement que depuis plus d’une vingtaine d’années, l’Afrique à l’instar d’autres régions du monde connaît une aggravation sans précédent du phénomène terroriste et d’autres formes de criminalité à dimension internationale.

Pour le ministre guinéen de la Justice, la difficulté pour les Etats et les institutions spécialisées à coordonner leurs efforts dans la prévention et la lutte contre ces fléaux a permis aux organisations terroristes, d’étendre leur influence et de semer la terreur et la mort de milliers de personnes, de porter atteinte à la souveraineté et à l’intégrité des Etats, d’occasionner des dégâts matériels et environnementaux considérables.

Dans ce contexte, ajoute-t-il, la Guinée, pour mieux assurer sa sécurité intérieure et extérieure, protéger ses citoyens et leurs biens, promouvoir son développement social et économique doit mettre en place une « Politique sécuritaire cohérente », adaptée à l’évolution de la société guinéenne, à l’environnement sous régional et régional, ainsi qu’au contexte international. Le Ministre a justifié que l’argument qui milite en faveur de cette approche est le fait que les menaces réelles et potentielles souvent proférées contre la Guinée à cause de sa participation aux missions de maintien de la paix dans le monde, ne permettent plus de faire une quelconque économie de moyens et de stratégies pour assurer la sécurité nationale.

Me Sakho a soutenu au cours du conseil de sministres du jeudi dernier à Conakry que l’expérience d’autres pays exposés au terrorisme à travers le monde ont démontré que la législation pénale guinéenne même avec la révision du code pénal et du code de procédure pénale n’est pas adaptée pour mieux prévenir et lutter efficacement contre le terrorisme sous tous ses aspects et ses formes de manifestation.

Seulement, « L’absence en Guinée de juridictions, de magistrats et d’officiers de Police judiciaires spécialisés en matière de terrorisme, rend nécessaire l’adoption d’une Loi sur le terrorisme », regrette le gouvernement. C’est pourquoi, rapporte le porte-parole Aboubacar Sylla, le Conseil a approuvé le projet de Loi portant prévention et répression du Terrorisme en République de Guinée.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.