La Guinée veut allouer 10% du budget national au secteur de la santé

La Guinée envisage d’ici à 5 ans d’accorder au moins 10% de son budget national au secteur de la santé. C’est du moins l’annonce faite vendredi par le ministre guinéen de l’économie et des finances, Mohamed Diaré, au cours d’une rencontre portant sur la validation des documents sur la politique nationale de la santé, le plan national de développement sanitaire et celui de la relance du système de santé 2015-2017.

« L’épidémie d’Ebola a montré la faiblesse de la couverture sanitaire de notre pays, il faut donc traduire ces documents en réalité en mettant en place un dispositif de suivi et d’évaluation », a fait remarquer le ministre Mohamed Diaré.

En 2014, l’Etat a consacré seulement 2,5% du budget national à la Santé, loin derrière le minimum de 15% requis par l’Union africaine, alors que celui de la présidence de la République pour la même année est plus de 20 pour cent.

Selon les données fournies par les professionnels de la santé, les médicaments sont 49% plus chers que dans les autres pays, 17% seulement de professionnels sont déployés en zone rurale, 57% des hôpitaux sont en mauvais état et tout le pays ne comptait que deux épidémiologistes quant Ebola attaquait.

En plus, les structures sanitaires du pays se trouvent dans un état de vétusté indescriptible. Dans la plupart des structures de santé de l’intérieur du pays, le personnel médical est insuffisant. Alors qu’à Conakry, on assiste à une forte concentration des agents de santé, notamment dans les cliniques privées.

 L’insalubrité et l’absence des ressources matérielles et financières dans les centres hospitaliers, le manque de professionnalisme et le non respect de l’étique chez le personnel soignant, sont entre autres des maux dont souffre le secteur de santé en Guinée.

Il reste à voir si dans les 5 années à venir, la Guinée qui a du mal encore à bouter le virus Ebola hors du territoire national, parviendra à relever le défi.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.