La nouvelle Constitution en septembre ?

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:8.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:107%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Coïncidence ou pas, la sortie le samedi dernier de Fodé Oussou Fofana intervient au moment même où des sources proches du Sékhoutouréya avancent une date – vers le mois de septembre -sur la modification de la Constitution. Aujourd’hui, à s’y méprendre, on sent la machine venir en pointillés.

Damaro est mis à contribution pour mélanger la tête des Guinéens : une nouvelle Constitution permettant à Alpha Condé de se représenter avec tous les autres candidats potentiels jouissants de leurs droits civiques et politiques. Le RPGiste semble avoir bien maitrisé le cours. Il est devenu plus fréquent sur les ondes et dans des rencontres politiques.

Quand Fodé Oussou déclare donc que le président s’apprête, il sait certainement de quoi il parle : « Alpha Condé a trouvé des juristes pour faire une nouvelle Constitution et c’est cette Constitution qu’il veut soumettre au peuple de Guinée. C’est pour  cela que les hauts responsables du RPG disent qu’on ne parle plus de troisième mandat, mais on parle de quatrième République. »

En tout cas, la rumeur enfle sur la date d’une nouvelle Constitution aujourd’hui décriée par Alpha Condé lui-même. Cette rumeur grandissante fait état d’une nouvelle Constitution avant la fin de l’année. Et septembre serait retenu pour passer en force, après avoir « écouté la majorité silencieuse ». La tension est palpable. Les émotions aussi. Le chaos n’est pas à éloigner, si l’on tient compte de toutes les déclarations politiques et celles issues des forces sociales et de la société civile. Quitte à faire référence aux dogmes, à la Bible ou au Coran. Comme le veut le Popov, le sinistre Gospadine (Monsieur) Bregadze !

 Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.