La relance de FRIGUIA risque d’être décalée

La relance de l’usine de Fria – arrêté depuis 2012, suite à une grève syndicale – se précise tous les jours, mais elle risque d’être décalée. C’est ainsi que le ministre des Mines et de la Géologie a évoqué récemment la réhabilitation du chemin de fer dans le cadre de la relance de l’usine de FRIGUIA.

Abdoulaye Magassouba a rappelé qu’après plusieurs décennies de fonctionnement, la Société FRIGUIA a connu des difficultés économiques et sociales qui ont entrainé son arrêt en 2012. Cette situation s’est traduite par une perte considérable pour l’économie nationale et un drame socio-économique pour les populations riveraines et celles de Fria. Le ministre rappelle que pour remédier à cette situation, le Président de la République s’est personnellement impliqué, en inscrivant la reprise des activités de l’usine de FRIGUIA dans le cadre de la relance de la coopération bilatérale entre la Guinée et la Russie.

Pour la petite histoire, « Ces négociations ont abouti à la signature le 20 avril 2016, d’un accord portant sur la réhabilitation de l’usine d’alumine de FRIGUIA. Au terme de cet accord, les travaux de réhabilitation devaient débuter en janvier 2017, avec la relance effective de l’usine avant avril 2018. » Seulement, déplore Abdoulaye Magassouba, ce programme de réhabilitation se trouve confronté à une réalité : l’état inquiétant des infrastructures ferroviaires en particulier à Conakry et ses environs, qui pourrait mettre en péril le respect du chronogramme. En cause : l’envahissement de l’emprise par des habitations, des marchés, des garages automobiles, des parkings automobiles.  Pour la libération des emprises des rails, de larges campagnes de sensibilisation et d’information des occupants pourraient intervenir en vue de la reprise effective du trafic en janvier 2018.

Déjà, le gouvernement demande au Ministre en charge des Mines, en relation avec le ministère de la Communication, le gouvernorat de Conakry et les services de sécurité, de faire libérer les emprises de la voie ferroviaire en commençant par une campagne de sensibilisation. Cette démarche est imminente.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.