La SPPG condamne l’agression des journalistes par des militaires lors des manifestations

En Guinée les journalistes sont de plus en plus menacés pendant cette période de transition, dirigée par le Colonel Mamadi Doumbouya.

Ce mercredi 17 mai 2023, jour de manifestation de Forces Vives de Guinée, des journalistes ont été agressés sur l’axe Hamdallaye et Bambéto, alors qu’ils étaient déployés sur le terrain pour couvrir la manifestation des FVG.

Selon le Secrétaire général du Syndicat de la Presse Privée de Guinée (SPPG), qui a condamné ‘’ fermement cette autre agression physique et verbale’’, ce sont au moins trois journalistes qui ont été victime d’agresse de la part des militaires déployés sur le terrain pour empêcher la manifestation des acteurs politiques et de la Société civile.

Alors qu’ils étaient de passage pour continuer le constat sur l’axe à la suite de l’appel à manifester des forces vives de Guinée, Aliou Maci DIALLO du site d’information www.laguinee.info et Mamadou Macka Diallo de Guinée 114 ont vu 3 militaires dont l’un s’est détaché du véhicule blindé pour leur demander ce qu’ils cherchaient dans la zone estimant que ce n’était pas un jour de manifestation.

‘’Après avoir injurié les 2 journalistes et menacé de percer le pneu arrière de leur moto, il a administré de violents coups à Aliou Maci, heureusement que ce dernier portait un casque de protection sinon on aurait assisté au pire.’’ a-t-il ajouté.

Face à cette menace grandissante contre les hommes des médias, le SPPG, tout en déplorant du fait que les autorités n’ont rien fait pour sanctionner les militaires qui ont agressé la semaine dernière Ibrahima Foulamory Bah derrière la cour de la Primature, exhorte une nouvelle fois les autorités à prendre des mesures disciplinaires contre ces agents et à les traduire devant la justice.

En plus, déplore le SPPG qui met toute la corporation en alerte, ‘’nous constatons beaucoup de signaux annonciateurs d’un climat de musellement des journalistes et médias indépendants du pays.’’

S’adressant aux journalistes de la presse privée, Sékou Pendessa Camara,  a fait remarquer qu’à ce jour, ‘’il n’y a aucune volonté de nous protéger ce, malgré les multiples appels du SPPG. Prenons donc notre destin en main;
Restez à l’écoute d’éventuelles consignes et orientations du Bureau National.’’, a prévenu le Secrétaire général du Syndicat de la Presse Privée de Guinée.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.