Labé : et si les clients étaient insatisfaits du service des banques primaires ?

A la fin de chaque mois, les banques primaires de la commune urbaine de Labé enregistrent une marée de fonctionnaires qui viennent pour récupérer leur salaire mensuel. Ce phénomène est quasi général partout où les salaires sont domiciliés à travers le pays.

Pour Mamadou Saliou Diallo enseignant au lycée wouro, cet état de fait est dû à l’arrêt de fonctionnement des cartes magnétiques vers la fin du mois, mais aussi, parce que le virement des salaires est simultané. À l’intérieur de ces banques, seulement quelques guichets fonctionnent et c’est une file indienne qui peut décourager facilement les plus impatients.

Ousmane Bah, lui préfère attendre 5 à 10 jours après le virement pour se rendre à la banque, comme ça, il est sûr de ne pas retarder. En attendant, il s’endette avec garantie de rembourser dès qu’il touche son salaire.
Ce problème devenu, un véritable casse tète chinois, touche aussi la majeure partie des citoyens surtout à l’approche des fêtes. Pour éviter cette souffrance, Domo Mori fréquente les banques quelques jours avant que les virements bancaires ne s’effectuent. Dans l’anonymat, un employé d’une banque primaire souligne que cela est dû à la lenteur de certains caissiers.

Dans la même lancée, Ismaël Dieng affirme qu’il y a un déficit personnel et le nombre de caisse réduit. Pour remédier à tous ces facteurs, il estime qu’il faudra élargir les services au niveau des banques en recrutant plus, mais que ça soit un personnel compétant et qualifié.
En attendant que cette plaidoirie tombe dans des oreilles réceptives les clients continueront à garder leur mal en patience.

Sally Bilaly Sow, correspondant kabanews à Labé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.