Cet appartement appartenait au magnat de l’immobilier Nick Candy, à l’origine de la construction du complexe de One Hyde Park, achevé en 2009, précise le quotidien britannique. En réalité, malgré la vente, il en reste le propriétaire car il a tout simplement vendu son bien à une entreprise offshore, PHB London Holdings Ltd, basée à Guernsey, mais dont il est le principal actionnaire. Avec cette « vente », l’homme d’affaires a simplement souhaité refinancer son bien, avec un prêt de 80 millions de livres de Crédit Suisse.

Un des porte-parole de Nick Candy a confirmé la manoeuvre au Times, expliquant que le quadragénaire était en réalité le propriétaire de la holding PHB London, et qu’il détenait donc toujours l’appartement B.10.01 : « Je peux confirmer qu’il s’agit plutôt d’une opération de refinancement plutôt que d’une véritable vente immobilière ».

Jusqu’à présent, la propriétaire la plus chère de la Grande-Bretagne avait été vendue au prix de 140 millions de livres, soit 160 millions d’euros. Il s’agissait du domaine de Park Place, près de Henley-on-Thames, à une heure de route à l’est de Londres. La propriété avait été achetée en 2011 par un milliardaire russe en exil, Andrei Borodin, ancien directeur de la Banque de Moscou, précise le Guardian.

https://www.capital.fr