L’armée guinéenne célèbre son 57e anniversaire

Ce dimanche 1er novembre 2015, l’armée guinéenne célèbre le 57e anniversaire de sa création. À cette occasion, le général Namory Traoré, le chef d’état-major général des armées s’est confié à nos confrères de Djiguii FM. Il a au cours de cet entretien dévoilé les perspectives que l’armée s’est fixée pour les années à venir :

Disposer des forces de défense et de sécurité professionnelles de format réduit, capables d’assurer la défense territoriale ;
Participer activement au développement socioéconomique de la Nation ;
• Contribuer au maintien de la paix dans le monde ;
Renforcer les capacités opérationnelles des armées en améliorant leurs conditions de travail et d’existence par le développement des infrastructures et équipements ;
• Poursuivre les différentes formations dans les écoles et centres d’instructions infanterie ;
Consolider les relations entre civils et militaires.

Depuis sa création en 1958, l’armée guinéenne a connu des hauts et des bas. Durant ses premières décennies, elle a joué un grand rôle dans la lutte pour la décolonisation en Afrique. Elle a notamment été envoyée en Angola. Dans les années 90, des militaires Guinéens ont été déployés dans plusieurs zones en guerre, en Sierra Léone et au Libéria entre autres.

Mais la décennie suivante, elle fera parler d’elle pour ses participations dans les répressions de manifestations politiques et sociales. Le massacre du 28 septembre 2009 au cours duquel plus de 150 personnes ont été tuées par des éléments de la garde présidentielle de Moussa Dadis Camara est encore dans tous les esprits.

À l’arrivée du président Alpha Condé au pouvoir fin 2010, une réforme des forces de défense et de sécurité a été entamée. Cette réforme a permis de ramener l’ordre dans les rangs, les patrouilles de militaires sont désormais rares dans la ville de Conakry.

Toutefois, les services de sécurité à savoir la gendarmerie et la police sont accusés par des citoyens et des organisations de défense des droits de l’homme d’avoir commis des pillages et assassiné des manifestants désarmés ces derniers mois.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.