L’axe Sonfonia-Kagbelein ou le calvaire des automobilistes‏

En cette saison des grandes pluies, le tronçon Sonfonia-Kagbelein est un vrai calvaire pour ses usagers. Débutés en février 2014, les travaux de construction de cette route 2×2 devant relier la périphérie de Conakry au centre-ville sont loin d’être terminés. Ce qui n’est pas sans conséquence sur le quotidien des habitants de la zone.

Chaque jour, des embouteillages monstres se forment sur cette route. La circulation est un vrai casse-tête chinois. Les citoyens de quartiers environnants rencontrent des sérieuses difficultés pour rallier le reste de la ville ou regagner leurs domiciles.

La plupart des chauffeurs de taxis s’arrêtent à la transversale numéro 7 de Sonfonia. Là, les passagers sont descendus en attendant l’arrivée de l’un des rares véhicules qui s’y rendent. La boue rouge et les nids de poule sur la piste sont devenus, selon un chauffeur rencontré, le pire cauchemar des automobilistes, les obligeant souvent à changer de pneus.

Contacté, un responsable de la société Guicopres n’a pas souhaité donner les raisons du retard dans l’exécution des travaux. Mais il a estimé le niveau d’avancement entre 30 et 40% [une voie entre la T7 et le carrefour Cimenterie est presque achevée, NDLR] ; alors que le lancement a eu lieu il y a près de 18 mois, en février 2014.

Le calvaire sur cette route a fait naître un nouveau business. En effet, les conducteurs de moto-taxi profitent de la rareté de taxis traditionnels pour imposer leurs prix : 5 000 à 10 000 entre Sonfonia et la Cimenterie, et 15 000 à 20 000 pour rallier le carrefour de Kagbelein. Et pour sortir de la galère, certains acceptent de jouer le jeu de motards au grand dam de leurs poches.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.