Le DAF du Port signe et persiste : « Ce contrat n’est pas à l’avantage de la Guinée »

 La signature du contrat de concession portuaire avec la Société turque Albayrak continue à défrayer les chroniques à Conakry. Malgré l’incarcération du Secrétaire général de section syndicale du Port Autonome de Conakry, Cheick Touré, les travailleurs ne désarment pas. Au contraire, ils comptent accentuer la pression sur le gouvernement pour exiger son annulation pure et simple.

Dans cette démarche, le Directeur des Affaires Administratives et Financières, qui avait démissionné au lendemain de la signature en catimini de la concession portuaire, mais dont le président de la République m’avait pas accepté, maintient ses propos. Ibrahima Kalil Keita signe et persiste : « Ce contrat n’est pas à l’avantage de la Guinée ».

 Au cours d’une conférence de presse devant les travailleurs du Port Autonome de Conakry, le DAAF est catégorique :

« Je dis qu’en réalité, ce contrat n’est pas à l’avantage du port de Conakry et de la République de Guinée. Le contrat signé n’est pas un contrat de concession du terminal conventionnel comme certains le prétendent, c’est tout le port sauf Conakry terminal et CBK, plus la gare ferroviaire. Tous les investissements sont subordonnés à l’évolution du trafic. Albayrak dit également qu’il faut que son chiffre d’affaires atteigne 60 millions de dollars pour investir. Et il dit qu’il faut que l’entreprise CHEC réalise les travaux et les mettre à sa disposition. Le contrat ne contient aucune disposition visant à créer de nouvelles infrastructures permettant de résoudre les problèmes urgents.  Quand il y a un problème, il faut l’analyser de façon objective. Je n’ai pas de partie prise. Je ne suis pas contre le développement du port. J’avoue que si le contrat était bon, j’allais être le premier à l’apprécier », a-t-il indiqué chez nos confrères de mosaiqueguinee.com.

Toutefois, le DAAF, qui est revenu à son poste, suite à la pression venant de Sékhoutouréya, exhorte les travailleurs à ne pas recourir à la violence, mais il n’est pas non plus opposé à ce que la lutte continue pour exiger l’annulation du contrat dont il doute de la pertinence depuis la signature du contrat de concession portuaire.

 « Pas de violences, pas d’injures. C’est ce que je viens de vous dire que j’ai présenté aux autorités pour attirer leur attention sur le contrat. Et j’ai tenu à vous le présenter, pour que vous sachiez. Il faut connaître ce que vous défendez. C’est pas une incitation. Mais il est de mon devoir de vous le dire. C’est à vous de faire la part des choses », a-t-il avertit.

Pendant ce temps, le syndicaliste, Cheick Touré, qui est accusé d’offense et de diffamation au Chef de l’Etat et son fils, est toujours en détention à la Maison Centrale de Conakry où il attend son jugement.

Ibrahima Sory Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.