Le Fouta otage de Dalein, la Haute Guinée sous l’emprise de Condé

La Moyenne Guinée est belle et bien la chasse gardée de Dalein Diallo. C’est établi. C’est connu et c’est indiscutable. La région de la savane n’en est pas moins pour Alpha Condé. C’est là où il a eu des scores soviétiques à la présidentielle et aux législatives. C’est aussi là où des d’autres partis politiques n’ont pas pu y avoir accès au processus électoral. Là-bas, dans les circonscriptions c’est Alpha Condé. Le contraire serait préjudiciable aux plus aventureux.

Entre Alpha Condé et Dalein Diallo l’équation est une lapalissade : le Fouta est otage de Dalein et la Haute Guinée est l’emprise de l’actuel président. Ce qui est valable pour l’un l’est pour l’autre. Seulement, ces derniers temps, les militants des deux camps se rendent compte qu’il y a eu abus, qu’il y a eu mensonges et manipulations. C’est pourquoi, on assiste à des migrations de militants déçus d’un côté et passionnés de la politique de l’autre. Ils sont des hommes de conviction. Il y en a aussi beaucoup d’opportunistes des deux bords politiques. Ceux qui sont débarqués de la gouvernance de Condé, ces autres militants frustrés, etc.élargissent les rangs de l’UFDG. Ceux qui ne peuvent plus tirer profit de l’UFDG quitte le navire ou se font éjecter. Puis, ils lorgnent du côté du pouvoir. C’est la réalité qu’on vit actuellement.

Otage ou pas otage, les Guinéens ne sont plus dupes. Pour preuve : « C’est des citoyens libres qui ont pris la décision pour la plupart de soutenir l’UFDG. On vote massivement pour Cellou ou pour l’UFDG dans la région à 65 ou 70%, mais lorsqu’on vote à Mandiana à 97%, Alpha Condé ne dit pas que ces populations sont en otages. Il dit que les populations du Fouta sont en otage, ce n’est pas du tout vrai, dans la mesure où c’est des gens conscients de la nécessité d’apporter un vrai changement dans le pays et qui ne s’accommodent pas de cette gouvernance de M. Alpha Condé avec toute la stigmatisation, les exclusions qui la caractérisent, la corruption, le détournement des deniers publics, la division du pays en groupes ethniques, le manque de transparence dans les affaires publiques. »

En réalité, le terme otage a été employé par Hady Barry transfuge de l’UFDG, lorsqu’il a enfanté avec BantamaSow le mouvement ubuesque ‘’Fouta pour tous et tous pour Fouta’’. La suite ? Alpha a mis le pied là-dessus mais exploite le sillon de Saliou Bella et Cie.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.