« Le Salon de l’entrepreneuriat c’est pour promouvoir toutes les initiatives micro-entrepreneuriales » (Damiela Horsfall)

Organisé par l’ONG – MSI,  le Salon de l’entrepreneuriat et conférence sur la santé mentale des entrepreneurs,  se tiendra du 4 au 6 juin 2022  Opéra de Massy, 91, en France.

En prélude de cette rencontre économique qui réunira plusieurs Chefs d’entreprises, dont la Guinée, qui est invitée d’honneur, notre rédaction a tenu son micro à Mme Damiela Horsfall. A bâtons rompus, la Présidente de l’ONG-MSI nous dit tout sur cette rencontre d’affaire.

Lisez…..

Bonjour Madame, vous êtes une personnalité de la diaspora qui impacte la vie des autres. Pouvez-vous nous dire de quelle manière ?

Je m’appelle Damiela Horsfallet je suis la présidente de l’ONG-MSI qui œuvre afin d’accompagner des personnes en situation de précarité, en les aidant à créer leur propre emploi, à accéder à l’entrepreneuriat et à s’insérer dans la vie économique. Ceci concerne tous les secteurs d’activité professionnelle ( mode, coiffure etc). 

Quel est le public concerné ?

Ce sont principalement des femmes, originaires de toutes les régions de France mais aussi de Guinée; la marraine de notre association est d’ailleurs Madame Yéo Pogba. Nous travaillons beaucoup avec la Guinée mais également avec le Cameroun, le Nigeria et la Côte d’Ivoire. 

Nous avons permis à de nombreuses femmes de créer leur propre emploi mais aussi, parfois, de développer leur activité hors frontières; en effet, si une créatrice ne parvient pas à se développer en France, elle peut toujours tenter de le faire dans un autre pays. Au sein de l’association, nous sommes en train de construire un market-place international pour permettre ces échanges. 

Pouvez-vous nous parler davantage de ce salon que vous avez initié récemment ?

Ce salon de l’ONG-MSI est destiné à valoriser et à promouvoir toutes les initiatives micro-entrepreneuriales. C’est une journée de célébration pour toutes les femmes qui se lèvent tôt et qui luttent pour exister économiquement. Les savoir-faire seront mis à l’honneur, pour celles qui ont déjà créé leur emploi comme pour celles qui sont encore porteuses d’un projet. 

Quelles sont les entreprises qui feront le déplacement ?

Nous attendons des entreprises telles que Diaou Construction, Orange Money, Label Guinée et beaucoup d’autres.

Les hommes sont également concernés je suppose ?

Oui bien entendu, compte-tenu de l’égalité hommes-femmes, les hommes sont aussi les bienvenus.

Des hommes entrepreneurs ?

Oui également car la précarité ne touche pas seulement les femmes. Des hommes aussi peuvent se retrouver dans des situations précaires. Des entrepreneurs venus de Guinée, du Nigéria et d’autres pays seront présents à ce salon.

Quel en est l’objectif ?

L’objectif de ce salon est destiné à sensibiliser sur la précarité qui touche non seulement les compétences des entrepreneurs, car un entrepreneur qui ne vend pas est dans une situation précaire, mais également sur la solidarité nécessaire à la lutte contre cette précarité.

Donc, par exemple, si je décide de construire des habitations en Afrique, je peux intégrer ce salon ?

Bien entendu, ce salon est destiné à promouvoir toutes les initiatives entrepreneuriales. Tout le monde est accepté.

Quel est le public de ce salon ?

Nous attendons un public multi ethnique, venu d’Île de France, de Londres, du Nigéria, de Guinée, des USA et d’ailleurs dans le monde. 

Quels sont vos partenaires ?

Nos partenaires, aujourd’hui, sont Focus 1 Africa, Humanitariat, Orange Money, la Mairie de Massy, l’Opéra de Massy.

La Guinée et le Nigéria sont pressentis pour cette édition 2022. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

L’«agri-business» étant très présent en Guinée, de nombreuses entreprises cherchent à se faire connaître et, à travers ce salon, nous voulons vraiment leur ouvrir le marché, leur trouver des revendeurs et des clients car aujourd’hui nous sommes dans le domaine du « win win » et toutes ces transactions sont créatrices d’emploi. 

Qu’est-ce que ce salon apportera aux entrepreneurs de développement communautaire venus d’Afrique ?

Il est nécessaire de se préoccuper du domaine de la santé. Nous l’avons constaté récemment avec le problème du Covid. On ne parle pas beaucoup, par exemple, de la santé mentale en Afrique et pourtant il est primordial de s’en soucier avant de se lancer dans la création d’entreprise. Devenir entrepreneur est un long chemin, parfois semé d’embûches, et je trouve que nous ne sommes pas «number one» dans ce domaine en Afrique. Des délégations venues du Nigéria mettront en avant cette problématique sanitaire. 

Que diriez-vous à des jeunes désireux(ses) de se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Persévérer, ne jamais abandonner et faire preuve de patience. On dit qu’on plante, qu’on arrose mais que c’est Dieu qui fait pousser. 

By Uche EJIMS

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.