Les consultations de Don Kass sont-elles caduques ?

« Je comprends le débat en cours dans le pays sur tous les sujets de préoccupation, y compris la Constitution », a affirmé récemment Alpha Condé, lors d’une déclaration solennelle à la télévision nationale, invitant par la même occasion son Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, « d’initier des consultations avec les institutions de la République, les partis politiques, les syndicats et les organisations de la société civile. »

Une démarche noble à priori mais dont le substrat a été tout bonnement enlevé un soir de septembre au pays de l’Oncle Sam. Le président guinéen a lancé en effet un appel à ses partisans pour qu’ils se préparent « pour le référendum et les élections ».

Les consultations se poursuivaient sans l’implication de la majorité de grands partis politiques ainsi que la société civile. Don Kass s’est tout de même employé à trouver un document dans lequel sont consignées les grandes conclusions desdites consultations. Celles-ci sont caduques. Manifestement caduques.

Le FNDC qui draine des foules toutes les semaines a fini par faire comprendre au régime que la majorité s’est largement exprimée. Plus besoin de consultation, plus besoin des conclusions de Don Kass. Tant en Guinée qu’à l’étranger. Kassory Fofana aura tout de même eu le mérite de jouer sur une réelle subtilité. Il ne s’est pas affiché pour défendre, mais d’expliquer ce que le président veut.

Il oublie en revanche qu’il avait déjà vendu son âme au diable, en parlant au nom de son gouvernement, en faveur d’une nouvelle Constitution. De quoi le disqualifier d’office aux yeux des opposants. 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.