Les nouveaux billets de vingt mille refusés à l’EDG de Labé

Les nouveaux billets de vingt mille francs guinéens émis par le gouvernement continuent d’alimenter les débats à travers le pays. Ce vendredi, un citoyen parti pour payer sa facture de courant électrique à l’agence régionale de l’EDG (électricité de Guinée) n’a pas été accepté avec ses billets de vingt-mille francs.

La victime Mamadou Alpha ne cache pas sa colère au micro de nos confrères de GPP FM : « Je suis allé (ndlr vendredi) pour payer ma facture d’électricité avec des billets de vingt mille francs. A ma grande surprise, la dame qui été au guichet me dit, qu’elle ne prend pas la nouvelle coupure de vingt mille francs. L’incident s’est produit aux environs de 12 heures au siège de l’EDG (ndlr dans le quartier Kouroula). Quand je leur ai posé la question de savoir, pourquoi refusent-ils de prendre les nouveaux billets ? Ils m’ont répondu que consigne leur a été donnée par leur responsable de ne pas les prendre pour éviter les billets contrefaits ».

Avant d’insister sur la bonne qualité de son argent : « Je leur ai dit de bien regarder mon argent, si c’est des billets contrefaits, qu’ils ne les prennent pas. Ils me répondent, qu’ils ne les toucheront pas. Ainsi, je suis allé voir le directeur de la sureté pour l’expliquer. Il a repris mon argent pour l’échanger. Après, je suis reparti à l’agence pour payer ma facture ».

Il est à préciser que selon la victime, les responsables de la guinéenne d’électricité de Labé auraient donné l’ordre à leurs agents de ne pas accepter la nouvelle coupure monétaire qui est mise en doute par certains Guinéens. Car, dit-il avant lui d’autres avaient été refusés.  D’ailleurs, des fossoyeurs présumés ont été arrêtés à Conakry la semaine dernière par les services de sécurité avec une quantité importante de fausses monnaies. Cette crainte au sein même de l’administration guinéenne, vient de mettre dans l’eau les propos du gouverneur de la banque centrale qui assurait, lors de leur injection dans le circuit économique que toutes les mesures de sécurité avaient été réunies pour éviter toute contrefaction.

Sally Bilaly Sow, correspondant kababachir.com à Labé   .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.