Les policiers de la routière dans le viseur d’Alpha Condé

C’est vraiment les parents pauvres du secteur : les policiers de la routière n’ont rien qui puisse faire craindre. Ils ne font rien pour faire respecter les règles par les usagers. Très mal chaussés, très mal habillés avec des chemises balafrées et crasseuses, des pantalons en lambeaux, ces policiers de la routière sont aujourd’hui dans le viseur du président.

Alpha Condé dénonce un manque de professionnalisme. Comment peut-on vraiment parler de professionnalisme si les moyens ne sont pas réunis pour qualifier le travail de ces policiers ? Selon des sources concordantes, l’Etat est peu regardant sur cette corporation. Ce sont les policiers eux-mêmes qui se paient leurs uniformes. Ne cherchez surtout pas. Ils sont rares en uniforme. Les chaussures ? Allez-y à ENIPRA, à Madina le cimetière des chaussures friperies, vous retrouverez certains policiers à la quête de souliers mal fichus.

Parias pour les uns, cousins pour les autres, quémandeurs ou arnaqueurs de l’autre côté, les policiers de la routière inspire vraiment de la honte. Ils se respectent très peu. Ils se font insulter par des usagers. Des spectacles désolants sont souvent remarqués : qui pour voir un policier sur le capot d’un taxi, qui pour apercevoir un policier accroché à une portière de voiture, etc. En pleine ville, on verbalise et on exige tout, y compris triangle, boîte médicale, permis, assurance, etc., excusez du peu. Seule évidence, au premier cri du coq, on les retrouve au poste, avec un morceau de tuyau servant à cogner la tôle des taximen indélicats. Ils sont là encore jusque tard la

nuit, avalant poussières, succombant à la canicule ou se noyant dans la boue (C’est selon la saison). Ils ont bien des astuces pour tendre la main. Soit se porter volontaire pour dégager la voie et permettre à un usager particulier de passer. Soit se mettre au garde à vue ou en levant la main tout simplement la main pour saluer, etc. Des gestes et d’autres qui sont loin d’honorer cette corporation orpheline de tout. Y compris la morale.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.