Libéré, Amadou Diouldé Diallo réagit : « La prison est une école… »

Prés de trois mois après son arrestation, le journaliste Amadou Diouldé Diallo a été libéré mercredi matin.

Après avoir passé 81 jours à la Maison centrale de Conakry, le journaliste de la Radio télévision guinéenne (RTG) a été condamné à payer cinq millions de francs guinéens  pour “offense au chef de l’Etat”, après son passage dans une émission de la radio privée Lynx FM où il s’était exprimé sur le président Alpha Condé et les violences ethniques dans le pays.

Quelques minutes après sa libération, le journaliste sportif qui dit être content d’aller en prison, s’est exprimé à la presse :

« Je suis content d’être allé en prison. C’est l’avant dernière épreuve d’un homme avant la mort. La prison est une école qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Un homme qui subit une telle épreuve doit respecter ceux qui l’ont déjà subie et connue. Également, s’incliner devant la mémoire de ceux qui ont perdu leur vie en prison. Être solidaire et compatir à la douleur des familles qui ont perdu des leurs en prison. Il ne faut pas souhaiter la prison même à son pire ennemi.

Je remercie ma famille, ma belle-famille, la presse, Reporter Sans Frontières, l’Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS), mes avocats, tous ceux, connus ou anonymes, qui ont contribué à ma libération dans le strict respect de la loi L002. Nous devons nous battre pour la maintenir. Nous devons nous battre pour la consolider, parce que c’est elle qui constitue notre moyen de défense face aux pouvoirs publics. C’est extrêmement important. Pour le moment, je retourne au village.

Il y a une tradition peule qui dit que lorsqu’on quitte le village et on subit une épreuve, il faut retourner au village. Donc pour le moment, je m’occupe de ça. Convictions et tout ce qui s’en suit, ça viendra après. Pour le moment, j’essaye de me réjouir de ma liberté, en profitant suffisamment des contacts avec ma famille, avec mes amis, mes enfants qui sont venus même de la France pour m’apporter leur soutien.

Donc pour le moment, la parole et l’écrit sont au garage. Mais rassurez-vous encore une fois que mes convictions, je les défendrai jusqu’à mon dernier souffle », a –t-il indiqué à sa sortie de prison ce 19 mai 2021.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.