Locales avant présidentielles : un forcing historique du gouvernement

« Tout parti politique qui veut que les choses marchent correctement en Guinée doivent comprendre qu’il fallait commencer par les communales et communautaires avant les présidentielles. »

A qui cette pique est adressée ? Nul ne le sait. Seulement Jean-Marie Doré rejoint les opposants quant au chronogramme malhabile que vient de publier Bakary Fofana. Le gouvernement clame sous tous les toits que cette démarche ne figure pas dans les accords du 3 juillet. Faux réplique l’opposition. Selon Fodé Oussou, le député UFDG, « la Guinée me fait honte et me fait pitié. Sinon comment un ministre de la République, porte-parole du gouvernement de surcroit, peut-il aller à la télévision nationale pour dire que les accords de 3 Juillet n’ont pas été signés. Ce gouvernement n’a aucun respect, ni de considération pour le peuple de Guinée. Les accords ont été bien signés. » Partant, « Il est hors de question qu’on aille aux élections présidentielles sans les communales. Dès la semaine à venir, nous allons nous retrouver pour mettre en application nos décisions. Nous allons mettre en place nos maires et chefs de quartier. Comme Alpha Condé veut la pagaille dans ce pays, nous allons le faire. »

De son côté, l’un des facilitateurs, en l’occurrence Salifou Sylla vient de trancher. « Ceux qui disent que l’organisation des élections locales, n’a fait l’objet d’aucun accord politique, sont de mauvaise foi. Nous l’avons signé. Il n’y a l’ombre d’aucun doute », dira-t-il à Guinée news. On attend de voir l’autre réaction du gouvernement.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.