L’UE va ouvrir une école d’espionnage

Les ministres de la Défense de 25 États membres de l’Union européenne se sont entendus pour créer une école d’intelligence, ainsi que sur seize autres nouveaux projets dans le cadre du pacte militaire européen, la CSP (Coopération structurée permanente).

Cependant, le Danemark, Malte et la Grande-Bretagne n’en sont pas signataires.

La formation d’agents secrets européens

Ces nouveaux projets prévoient notamment de développer les compétences en matière de cyberguerre à la guerre électronique,mais aussi d’améliorer la formation et les installations pour renforcer les opérations maritimes et les systèmes aériens (y compris avec l’utilisation de drones).

Cette école aura pour objectif de former le personnel des agences de renseignement de l’UE, autrement dit, des agents secrets, en coopération avec l’OTAN et les services de renseignement des différents Etats-membres.

La création d’une telle école d’espionnage européenne marque un grand pas en avant pour le bloc et les services de renseignement de ses membres. Cette initiative avait été jusqu’alors rendue impossible, parce que la Grande-Bretagne, qui est elle-même membre de la Five Eyes intelligence alliance, s’y opposait. Outre la Grande-Bretagne, la Five Eyes intelligence alliance rassemble les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle Zélande. Le Brexit aura donc permis de lever cet obstacle.

Chaque pays s’est vu attribuer des missions

Néanmoins, certains aspects du projet suscitent des interrogations. Ce serait en effet la Grèce qui serait en charge de diriger cet établissement, avec l’aide de Chypre. Or, il s’agit des deux Etats-Membres qui entretiennent les liens les plus étroits avec la Russie… La Grèce assurerait également la direction de la formation des pilotes et équipages d’hélicoptères en cas de conditions difficiles (chaleur et altitude).

Les pays signataires se sont déjà vu confier des missions. Entre autres, la France et la Suède co-dirigeront un centre de test et d’évaluation de l’UE chargé de renforcer la coopération entre les centres de test et d’évaluation. La France devra également mener le projet Beyond Line of Sight (BLOS), visant à créer une nouvelle génération de missiles, un projet soutenu par la Belgique et Chypre.

L’Allemagne se verrait confier la conception de drones de surveillance sur terre et sur mer pour 2025. L’Italie travaillera sur le développement d’un système anti-drones, ciblant plus particulièrement les micro-drones et les drones non habités, pour protéger les troupes et pour assurer la défense du territoire. Elle planchera également sur la mise au point d’un dirigeable de haute altitude pour la collecte de renseignement et la reconnaissance.

L’Estonie orchestrera la création d’un système de navigation terrestre autonome et cybersécurisé destiné à faciliter la planification des itinéraires et des missions. Quant à la République Tchèque, elle dirigera un projet visant à développer les capacités en matière de cyber-guerre, avec l’objectif de mettre sur pieds une force commune européenne qui agira en force de soutien sur le terrain.

Vers la création d’une armée européenne ?

Récemment, la France et l’Allemagne ont plaidé en faveur d’une meilleure intégration de la défense et de la sécurité dans la région. Macron estime que l’Europe doit se protéger contre une éventuelle menace de la part de la Chine, de la Russie ou même des États-Unis. « Nous ne pouvons pas protéger les Européens sans une véritable armée européenne », a déclaré le président français. La semaine dernière, la chancelière allemande Angela  Merkel s’est emparée de cet argument à Strasbourg, lorsqu’elle a approuvé le projet d’une « véritable armée européenne ».

L’idée d’une politique de défense européenne est en sommeil depuis des décennies, mais l’humeur a changé il y a quatre ans, avec l’annexion de la Crimée par la Russie. Le Brexit et l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis n’ont fait que renforcer la perception de la nécessité d’une force militaire européenne intégrée.

Au début de ce mois, les 9 pays européens signataires de l’Initiative européenne d’intervention (IEI) en juin dernier, qui vise à coordonner des interventions rapides en cas de catastrophe ou dans des zones de guerre, et à laquelle participe la Belgique, se sont réunis pour s’accorder sur une feuille de route.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.