L’UFDG grugée à Kindia : accords et alliances politiques à…déchiqueter

Alliances électorales avec Mamadou Sylla (UDG), accords politiques dits de sortie de crise avec le RPG, etc., tout est désormais remis à zéro. Ils sont désormais à déchiqueter jusqu’à la lie. Au niveau de l’UFDG, sans cesse roulée dans la farine…jaune, il est temps de  reprendre son souffle, de tirer les leçons, de bien rebondir et bien analyser avant tous autres actes dits de sortie de crises.

Une, deux, trois, n fois. L’UFDG mord à l’appât en signant des accords avec le RPG. Des accords qui ne seront jamais respectés. Le dernier cas remonte à ces 24 heures. Avec le forcing invraisemblable opéré à la Mairie de Kindia, les uns et les autres auront été en effet témoins de la mauvaise foi du parti au pouvoir.

Dalein Diallo – le grand perdant de cette mascarade faite de coups bas, de fausses manœuvres politiques –  y est grugé, volé, escamoté, volé, trahi, abusé. Conséquence : il n y a plus rien à attendre des accords et autres alliances politiques. Ce qui s’est passé à Kindia avant même l’installation rocambolesque des exécutifs communaux est manifestement symptomatique de ce qui pourrait arriver à Dixinn, Matoto, et Matam entre autres. L’UFDG doit désormais se rendre à l’évidence – ne serait-ce que la seule fois, parce que aveuglée, abusée qu’elle est – que le pouvoir de Conakry n’est pas fiable pour une sortie de crise.

Si les manœuvres de la Mairie de Kindia sont restées impunies, cela veut dire que Dalein Diallo lui-même s’est fait avoir et du coup, il risque de perdre une bonne partie de son punch. Pris pour immature politique par certains adversaires, Dalein Diallo doit pouvoir rebondir et en temps opportun. Cela est d’autant plus impérieux que les échéances présidentielles et parlementaires arrivent à grands pas. Il doit jouer son va-tout. Son avenir politique est en jeu. Après tout, il est incompréhensible de se faire rouler dans la farine jaune autant de fois qu’Alpha Condé le veut.

Une réunion d’urgence du parti devrait pouvoir intervenir pour tirer les conséquences de Kindia et se projeter pour ce qui reste : Dixinn, Matoto et Matam. Les autres Communes prisées de la capitale où de grandes surprises ne sont pas à écarter.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.