LUTTE CONTRE EBOLA : Wamey aussi résiste !

En dépit de tous les efforts consentis sur le front de la communication, le message autour de l’épidémie à virus Ebola a du mal à passer au sein de certaines communautés. L’illustration en a été donnée ce mardi dans la sous-préfecture de Wamey, située à une cinquantaine de kilomètres de la commune urbaine de N’Zérékoré. Ne croyant pas en l’existence de la maladie et accusant plutôt les services de santé d’être à la base du drame lié à Ebola, les populations de cette localité, en majorité des jeunes, s’en sont en effet pris à une délégation officielle venue les sensibiliser.

 La délégation en question était, selon nos informations, composée du gouverneur, du préfet et de plusieurs cadres de la préfecture. Les membres de cette délégation étaient partis de la commune urbaine pour des sous-préfectures environnantes. Ils avaient pour objectif de sensibiliser les populations de ces localités sur Ebola. L’idée était non seulement de les convaincre de l’existence de la maladie, mais aussi de les amener à adopter les comportements qu’il faut pour l’éviter. Et ils en étaient à la sous-préfecture de Wamey quand, les populations se révoltant d’un seul, s’en sont vertement pris à eux. Armés de gourdins, branches, de pierres et d’autres types de projectiles, elles ont caillassé les véhicules, brisé les vitres et contraint les membres de la délégation à prendre la tangente.

Naturellement, les forces de l’ordre ont réagi et on parle de morts qui, cependant, ne sont pas confirmés par les autorités. Globalement, les assaillants font partie des communautés qui n’ont pas encore accepté l’existence de l’épidémie. Ils sont de ceux qui croient plutôt qu’Ebola est une invention d’une coalition formée par les autorités et les partenaires étrangers, dont en particulier les occidentaux. Particulièrement remontés contre l’équipe de sensibilisation, ils se seraient même attaqués aux ouvrages de franchissement (ponts) que les victimes devaient emprunter pour rejoindre d’autres localités. C’est dire tout le travail qu’il y a à abattre en termes de de communication, dans le cadre de la lutte contre Ebola.

Anna Diakité, Kabanews      

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.