Magouilles aux Marchés publics : Alpha Condé va-t-il sévir ?

Un ouragan serait en cours du côté des Finances en général et au niveau de la Direction nationale des Marchés publics, des Grands projets en particulier. En cause : des cadres indélicats sont soupçonnés être impliqués dans la passation des marchés, tout en contournant les réelles règles y afférentes. La règlementation a été piétinée sur toute la ligne. Des dizaines de marchés sont concernés à cet effet.

Une forte odeur de corruption est dénoncée d’autant plus que la passation n’a pas suivi les voies réglementaires : le Code des marchés publics. Selon une source digne de foi, proche de la Présidence de la République, confirmée par le Cabinet de Mohamed Diaré, ministre des Finances, un document strictement confidentiel adressé au Chef de l’Etat est acheminé par le ministre Diaré, à l’endroit de la Direction nation des Marchés publics et par ricochet des Grands projets. Là-dans, figuraient, selon le document confidentiel, des noms de cadres qui sont impliqués dans les magouilles dont les montants s’élèvent à des milliards de GNF.

Les prévenus sont donc informés avant même que les sanctions ne tombent. Le tout par la maladresse ou la bonne foi du ministre Diaré. Cherche-t-il à protéger les voleurs de la République ? Où veut-il livrer les auteurs dudit rapport dont l’origine est de l’ARMP (Autorité de régulation des marchés publics) gérée par Guillaume Curtis dont la mission est justement d’être le gendarme de la commande publique. Alpha Condé va-t-il donc sévir ou va-t-il encore jouer à la

complaisance ? C’est toute la question. En attendant, les lobbies, les marabouts et autres charlatans font le reste.

Quitte à se payer la tête de Curtis, lequel fait déjà mal aux fossoyeurs de la commande publique. C’est la rançon à payer si on lutte contre la corruption. Guillaume Curtis est averti. Mais, selon des proches, l’homme n’est pas de ceux qui lâchent prise. Après c’est la mission que le président Condé lui a confiée. Le jeu en vaut donc la chandelle !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.