Mamady Youla vu par Tibou : un homme « d’Etat incompris » !

Le Premier ministre Mamady Youla est perçu par Tibou Kamara, ancien ministre de la transition comme étant un « homme incompris ».  Selon l’ex paria du pouvoir de Conakry, l’actuel PM ne connait pas réellement la société guinéenne. Il reconnait en revanche que l’homme a beaucoup de chance, même si des sensations profondes ne sont pas encore ressenties par la population. De l’avis de Tibou Kamara, le gouvernement est largement dépassé par l’ampleur des attentes. De toute évidence : « Mamady Youla est un homme d’Etat et très humain », conclut l’ex-ministre du CNDD.

Pourtant, on lui reproche de ne s’être entouré que d’hommes ayant peu d’expériences donc imposant l’immobilisme. D’un revers de main, MamadyYoula tente de tirer les marrons du feu. Avec beaucoup de philosophie. « Rien n’est jamais parfait. Si le président avait reconduit la même équipe, on l’aurait sûrement accusé d’immobilisme. Il a fait le choix d’amener du sang neuf avec des gens qui ont fait leurs preuves dans leurs parcours respectifs.

Ce gouvernement est un « mix » entre de jeunes ministres et d’autres, plus expérimentés, qui sont là depuis le premier quinquennat », déclare-t-il à JA. Avant de parler de lui : « Je ne suis pas si jeune. J’ai près de vingt ans d’expérience et j’ai travaillé plus d’une dizaine d’années dans l’Administration guinéenne avant d’aller dans le secteur privé. Je ne pense pas que ce soit le profil de quelqu’un d’inexpérimenté. Une administration, un ministère ou un État, cela se gère. Pour avoir des réussites économiques, il faut avoir des capacités de gestion. » Il se décrit « comme un homme de consensus. Je ne suis pas forcément un adepte de la confrontation. » Il dit s’être entouré de « technocrates d’une nouvelle génération » dont « l’ambition est de faire culminer cette croissance à deux chiffres à l’horizon 2020 avec la nouvelle impulsion gouvernementale amorcée et les politiques économiques qui seront mises en œuvre. »

En attendant, tous les indicateurs sont au rouge. Dalein en évoque quelques-uns : «L’endettement de l’Etat au niveau de la Banque centrale c’était 1860 milliards GNF. C’est-à-dire qu’en 2015, l’Etat a fait usage de la planche à billet à hauteur de 1860 milliards GNF. La dette extérieure actuelle de la Guinée c’est 1 milliard 800 millions de dollars. Depuis le point d’achèvement de l’initiative PPTE, près de 800 millions de dollars de nouvelles dettes. Tibou peut donc vraiment revoir sa copie.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.