MAMOU : Les coupeurs de route tuent un enfant et font deux blessés

Dans la nuit du jeudi au vendredi aux environs de 00 heure, des coupeurs de route ont attaqué deux véhicules de transport en commun entre Mamou-Dalaba. L’acte s’est produit  à Bafing et à Gouba, des localités situées respectivement à 19 kilomètres et à 15 kilomètres au nord de la ville de Mamou. Au cours de cette attaque un enfant de 3 ans, Amadou Mouctar Diallo a trouvé la mort, sa maman, Diaraye Diallo et un chauffeur du nom de Alphadjo Bolet Baldé ont aussi été blessés.

En effet, les victimes venaient respectivement de Labé pour Conakry et de Conakry pour la préfecture de Tougué.  La première voiture qui quittait la préfecture de Labé est tombée dans le piège des coupeurs de route aux environs de 23h45 avant qu’un convoi d’une dizaine de muni bus en direction de Tougué ne soit aussi attaqué.

 « J’ai trouvé ces gens à Gouba où ils étaient stationnés. J’ai cru qu’il s’agissait de gens qui veillaient simplement. Dès que je suis passé, ils m’ont suivi. Ils ont tiré d’abord sur les deux des pneus de derrière avant de tirer dans la voiture. Malheureusement ils ont atteint un enfant qui en ai mort et sa mère gravement blessé au niveau du sein. Ils ont amené ma voiture dans la brousse. Ils ont retiré tous nos biens. Moi, j’avais une somme de huit cent cinquante cinq mille francs guinéens pour les frais de transport et une autre somme de deux millions trois cent mille que j’avais comme commission », a témoigné Abdoul Aziz Diallo, le chauffeur du premier véhicule, en provenance de Labé.

Un peu plus loin, sur le même tronçon, les mêmes assaillants ont attaqués une autre voiture qui était en provenance de Conakry et qui partait à Koin, préfecture de Tougué. Dans cet autre cas, c’est le chauffeur, nommé Alphadjo Bolet qui a été touché.

Selon Amadou Oury Sow, certains assaillants étaient en tenu militaire, « deux hommes cagoulés qui étaient sur une moto nous ont dépassé. D’autres, qui étaient à bord d’un véhicule nous ont rattrapé et nous ont barré la route et certains étaient en tenu militaire et détenaient des PMAK. Ils ont tiré à deux reprises vers nous et nous avons tous paniqué. Ils ont touché le chauffeur, mais il a pu nous sortir de l’embuscade».

Mamadou Mouctar Barry, correspondant Kababachir.com à Mamou

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.