MAMOU : Un directeur d’école et son adjoint à la prison centrale

Ce mercredi 29 juillet 2015, le directeur de l’école primaire de Horé Féllo et son adjoint ont été déférés à la prison centrale de Mamou, après avoir passé 72 heures à la gendarmerie. Ils sont accusés d’avoir organisé un cas de substitution volontaire au sein de leur établissement. L’élève Nimatoulaye aurai composé au lieu et place de Tala Sow. Ce cas de substitution volontaire avait été découvert au troisième jour de l’examen d’entrée en septième année.

L’inspecteur régional de l’éducation, monsieur Sidibé Mamady, lors d’un entretien accordé à Kababachir.com à travers son correspondant, avait décidé de poursuivre l’affaire pour la manifestation de la vérité.

Les deux accusés rencontrés par notre correspondant ont donné leur version des faits.

Monsieur Sow Amadou, directeur de l’école primaire de Horé Féllo, balaye toute responsabilité « C’est une erreur pédagogique ou administrative. Il s’agissait d’une fille qui n’a pas eu de PV, qui est épileptique donc qui tombe très souvent. Lorsqu’on établissait la liste des candidats elle était absente. On a fait trois contrôles sur la liste des candidats. A deux semaines de l’examen, on s’est rendu compte du cas. Ne connaissant pas quoi faire, on s’est donné des idées comme quoi il y’avait une élève du nom de Tala Sow qui s’est mariée et est partie donc il était question de la remplacer par cette dernière. Vous savez que les examens étaient prévus le mois d’août, donc on espérait avoir le temps nécessaire pour régler cette erreur. Mais je vous signale que moi, depuis le 1er juillet je suis suspendu pour abandon de poste. J’ai été remplacé par mon adjoint qui peut mieux vous expliquer ce qui s’est passé pendant ma période de suspension ».

Quant à son adjoint, Monsieur Mansaré Moussa, enseignant, il avait remonté l’information avant le début des examens, « la fille dont il s’agit est mon élève. Elle a échoué l’année passée, donc cette année encore elle est revenue pour reprendre la classe mais toujours absente car très souvent malade. Maintenant quand on a découvert l’erreur, on a voulu la faire remplacer par celle qui a abandonné. Deux jours avant l’examen, j’ai signalé l’erreur au délégué du centre Monsieur Antoine Guilavogui. Je lui ai personnellement demandé s’il pouvait aider la fille à faire cet examen. Il a promis de faire son mieux. Le jour de l’examen, mon directeur et moi étions tous absent. Les deux premiers jours se sont bien passés mais ce n’est que le troisième jour que le délégué à notre fort étonnement a enflammé la situation, et pourtant on l’avait bel et bien demandé s’il pouvait gérer le cas. S’il affirmait ne pas pouvoir, moi-même j’allais exclure la petite fille sans problème. Mais on comprend qu’il nous a piégé ».

Le ministre Docteur Ibrahima Kourouma, lors de son passage à Mamou s’était informé sur ce cas malheureux et avait demandé à la justice de faire son travail.

Il faut signaler, qu’en ce moment Sow Amadou et Mansaré Moussa sont détenus à la maison centrale en attendant un jugement.

Nous y reviendrons!

Mamadou Mouctar Barry, www.kababachir.com Mamou

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.