Mandiana, l’autre grande oubliée du président !

Elle est riche du sous-sol et absorbe artisanalement du beau monde ; mais, Mandiana (Haute-Guinée) ne ressemble qu’à une très vieille bourgade, martyrisée sans arrêt, après le passage d’un ouragan impitoyable. C’est l’autre grande oubliée de la République, d’Alpha Condé, alors candidat à la présidentielle en 2010, puis candidat à sa propre succession 5 ans après.

Mandiana a fait le plein des urnes pour le leader du RPG, avec des scores soviétiques, faisant mordre la poussière à tous les autres concurrents politiques. Mandiana est resté toujours avec la marée jaune.  Niantaniana, Saladou, Morodou, Kiniéran, Koundian, etc., toutes ces localités se ressemblent et ont un dénominateur commun : la pauvreté dans la continuité et les mépris. Mandiana a été oubliée, méprisée. La population a voulu rappeler au Président toutes ses fausses promesses : désenclavement, électricité, structures de santé, eau potable – faute de forage,  selon des sources, les habitants de plusieurs localités qui  bordent les rives du bras du fleuve Niger, le Sankarani boivent de l’eau du fleuve.

Ce rappel s’est vite soldé par une mort d’homme suite à une répression pour le moins sauvage. Une répression dénoncée par l’INIDH à travers son président Alia Diaby. Celui-ci a fustigé le mensonge de l’Exécutif, pour ne pas dire d’Alpha Condé : «Quand on voit le mensonge de cette administration, et le mépris qu’affiche ce gouvernement vis-à-vis du bien-être des Guinéens, il n’y a pas raison qu’on puisse tuer. Si vous partez dans cette localité de Mandiana, vous serez tristes de voir les conditions de vie. Ce sont des conditions de vie difficiles dans les quelles végètent les populations. Le gouvernement a trop menti, il y a eu trop de fausses promesses et d’engagements dans l’air qui n’ont jamais été matérialisés. »

On apprend, aux dernières nouvelles qu’une forte délégation constituée de ministres issus de cette partie de la Guinée doivent rallier Mandiana pour calmer les ardeurs. Et surtout encore mentir en cherchant des boucs émissaires. Rien ne sera fait. Mandiana reste et demeure la grande oubliée.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.