Manif du FNDC : Le bilan s’alourdit !


En deux jours de manifestations, quatre personnes ont trouvé la mort dont deux à Conakry et deux autres à Labé.

Selon le Front National pour la Défense de la Constitution, qui appelle à la poursuite des mouvements de protestation contre un troisième mandat pour Alpha Condé, toutes ces victimes ont été tuées par balles le 13 et 14 janvier 2020. Ce qui allonge la liste des personnes tuées par les forces de l’ordre à 26 victimes depuis du mouvement de protestation contre le tripatouillage de la Constitution, en octobre 2019.

Dans la ville de Labé où la situation était très tendue ce mardi, le député uninominal impute la responsabilité au Gouverneur de la région, Madifing Diané, qui selon Cellou Baldé, a donné l’ordre de sémer la terreur dans la cité de Karamoko Alpha Mo Labé.

« Il y a un 2ème jeune d’une vingtaine d’année qui vient de succomber à ses blessures. Il a été tiré à bout portant sur la tête par les militaires qui sont en train de semer la terreur dans la ville sur ordre de Madifing Diané, qui dit assumé l’entière responsabilité des actes qui seront posés par les forces de défense et de sécurité en tuerie et répression », regrette le député de l’UFDG.

A Conakry, ce mardi, c’est un enfant qui a reçu une balle dans la tête qui a succombé à ses blessures mardi à Sonfonia.

Lors de la première journée de la marche, deux jeunes ont été tués par balles, dont un à Cosa, dans la Commune de Ratoma et un autre à Labé.

En attendant la suite des événements, la situation reste tendue à l’approche des élections législatives, prévues le 16 février 2020 et dont l’opposition dans sa majorité a décidé de boycotter et d’empêcher même la tenue d’un scrutin biaisé estimant que cela est synonyme de cautionner une présidence à vie pour Alpha Condé.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.