Marche du 23 octobre : Une journée à haut risque ?

Après un report, l’opposition républicaine appelle ses militants à une marche de protestation contre la violation des accords politiques et les manœuvres du pouvoir dans la mise en place des exécutifs communaux, ce mardi 23 octobre, sur l’axe Tannerie-Kénien-Belle-Vue-Dixinn.

Mais contrairement à ce qu’on pouvait imaginer, cette marche n’a pas été autorisée par la municipalité.

Pour le Secrétaire général de la Commune de Matoto, qui s’exprimait chez nos confrères d’Africaguinee.com, évoque les raisons :

« Nous avons reçu la lettre d’information de la marche à temps, mais nous ne l’avons pas autorisé pour deux motifs fondamentaux. Le premier, nous sommes confrontés à la situation de l’insécurité scolaire au niveau des établissements ».

Et Sékou Conté de justifier cette décision : « Nous  voulons faire ce processus de façon apaisée. Pour toutes ces raisons, nous n’avons pas trouvé d’opportunités d’autoriser la marche demain surtout. On leur a demandé de sursoir. Parce qu’il ne nous est pas possible de sécuriser les deux activités à la fois. Nous accordons la priorité d’abord à l’éducation qu’à autre chose ».

L’opposition va-t-elle faire le forcing ou bien reporter une nouvelle fois?

En attendant la réaction des opposants, force est de constater que les militants restent très motivés.

Toutefois, il faut craindre une journée à haut risque ce mardi, car à partir du moment où la marche est interdite, un affrontement entre forces de l’ordre et militants de l’opposition qui veulent braver l’interdiction,  est inévitable.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.