Marche funèbre de l’opposition : Des risques d’affrontements sont à craindre

L’opposition guinéenne a entamé la marche funèbre qui partira de l’hôpital national Donka, au cimetière de Bambéto, un tronçon, distant de près d’une dizaine de kilomètres.

Les deux victimes de la marche du 20 septembre, Ismael Bah et Ibrahima Sory Sow, tous les deux tués par balle par les forces de l’ordre, seront inhumés ce mercredi au Cimetière des martyrs de Bambéto, où reposent déjà 80 autres victimes de la répression policière du régime d’Alpha Condé.

Alors que le cortège funèbre est déjà en route pour Bambéto, on craint un risque d’affrontement entre militants de l’opposition et agents de maintien d’ordre, déployés sur les plusieurs points stratégiques, même si le Colonel Ansoumane Camara « Baffoé », directeur national des Compagnies Mobiles d’Intervention et de Sécurité (CMIS), estime qu’il n’y a pas de menace proprement dit.

« On a pris des dispositions, comme nous le confère la loi sur le maintien de l’ordre, même si on n’a pas été saisi. Comme c’est une marche funèbre, il n’y a pas de menace proprement dite. Nous sommes entrés en contact avec les organisateurs qui vont prendre les corps à Ignace Dean et Donka avant de continuer »,  a déclaré l’Officier de police au micro de Guineematin.com.

A noter que les activités économiques sont perturbées ce mercredi sur l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa. Par craintes des risques d’affrontements entre forces de l’ordre et manifestants, plusieurs magasins et boutiques sont restés fermés et la circulation paralysée, comme par le passé.

 

Affaire à suivre…..

 

Abdoul Wahab Barry, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.