Marchés de gré à gré : Dalein accuse, Alpha dit être abusé par des cadres !

Au cours du congrès qui l’a vu plébiscité, Dalein Diallo a dénoncé la gouvernance d’Alpha Condé, faite de contrats de gré à gré entre autres. C’est ainsi qu’il a évoqué « Les 25 millions de dollars de l’affaire Palladimo, les 700 millions de dollars de Rio Tinto, le prêt de 150 millions de dollars du gouvernement angolais » qui ne connaissent pas de « traçabilité dans le budget de l’Etat. »

Selon le chef de file de l’opposition, plusieurs cas de marchés sont cités comme les marchés passés de gré à gré et surfacturés de plusieurs centaines de milliards de francs guinéens au profit d’entrepreneurs réputés proches du premier cercle du pouvoir actuel, notamment dans les secteurs de l’électricité et des BTP. Il est aussi évoqué l’affairisme au sommet de l’Etat autour des mines du pays en relation avec des amis étrangers prédateurs. « Le cas de Forécariah Mining Company qui a extrait et exporté 1 300 000 tonnes de fer sans aucun paiement de droits et taxes au trésor public, constitue une illustration parfaite de la mauvaise gouvernance dans le secteur minier », dira Dalein Diallo.

Alpha Condé n’a pas nié ces accusations. Mais lui parle d’abus dont il serait victime de la part des cadres de l’administration. A l’Université de Sonfonia, Alpha Condé déclare qu’il ne connait les cadres guinéens, même si, à un moment donné il avait brandi sa bonne foi de nommer sur CV pas par complaisance. C’était en réalité du bluff. Aujourd’hui, cinq après, « je ne connaissais pas les cadres guinéens, ils m’ont piégé. Parce que pendant que moi je sécurisais les recettes de l’Etat, pour les empêcher de voler, ils ont trouvé un autre système. Ils font des contrats par exemple, ils prennent quelqu’un, pour construire, l’Université Gamal, celui qui est sérieux va dire 10 milliards, et l’autre dit 9 milliards, alors qu’il sait bien qu’il ne peut pas. Peu de temps après, au lieu de 10 milliards cela va aller jusqu’à 20 milliards. C’est-à-dire cela va coûter deux fois le prix. Et c’est comme ça ils m’ont piégé pour faire des détournements en Guinée. »

Chacun jugera…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.