Marchés publics : Alpha remet en cause la réforme !

Le nouveau Code des marchés publics est entré en vigueur le 1er septembre 2020, suite à un Décret du Chef de l’Etat. Alors que les textes d’application et tous les documents qui accompagnent cette nouvelle règlementation sont déjà en opérationnalisation, Alpha Condé se dédit et remet en cause la réforme des marchés publics.

C’est du moins ce qui sort du conseil des ministres du jeudi dernier à Conakry. En effet, sans trop savoir où était ou que faisait le ministre des Finances, acteur principal de la réforme des marchés publics lorsqu’Alpha Condé « a informé le Conseil de sa décision de mettre en place dans les plus brefs délais une structure chargée de renforcer le contrôle sur la passation et la gestion des marchés publics dans l’objectif d’améliorer sensiblement la qualité de la gestion des finances publiques. » D’ailleurs, Alpha Condé instruit le même Ministre de l’Economie et des Finances à « identifier des bailleurs de fonds et institutions internationales susceptibles d’accompagner un programme de formation soutenu en faveur des responsables de passation des marchés publics ».

Pourtant, selon des cadres rencontrés à la Direction nationale du contrôle des marchés publics (DNCMP) et un de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), cette décision du président Condé remet tout en cause et handicape davantage la machine de la réforme.

Dans le milieu ambiant, on dénonce une main noire dans la manipulation du président ayant abouti à ce désordre dans les marchés publics. Du côté de l’ACGP, dont le statut reste désormais, maitre d’œuvre public, selon le nouveau Code, on est mi-figue mi-raisin. Un jeune cadre peste quand même que Mamadi Thalès Condé est loin de dire son dernier mot. Alors question : peut-on voir dans l’instruction d’Alpha Condé un coup bas à l’encontre des deux autres structures que sont l’ARMP et la DNCMP ? Le ministre des Finances n’a-t-il pas osé dire la vérité au président, en lui rappelant qu’il y a désormais chevauchement de prérogatives?

La fin du désordre n’est pas pour demain. Et la superposition des rôles risquent de créer de graves conséquences, selon des spécialistes.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. bateka dit

    C’est la méthode Alpha. D’abord amuser la galerie en faisant miroiter une volonté rigueur dans la gestion de la chose publique en votant des lois le jour. Revenir la nuit créer une structure parallele pour vider la loi de son contenu et le tour est joué.
    Alpha fait le contraire de ce qu’il dit.
    Pauvre Guinée qu’as tu fait pour mériter un tel president?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.