Marchés publics: le méli-mélo de Don Mello !

Ahoua Don Mello, après l’Angola, le Cameroun, la Guinée Equatoriale a posé ses valises à Conakry depuis environ 3 ans. Cet ancien conseiller, ancien porte-parole et ancien ministre de Laurent Gbagbo est actuellement un homme de main, conseiller spécial chargé des Infrastructures auprès d’Alpha Condé. Il est l’oreille du président. Il fut l’un des architectes de la modification de la Constitution. Et il est impliqué dans d’autres activités, des plus infâmes aux plus applaudies.

Aujourd’hui en tout cas, avec la réforme des marchés publics dont le nouveau Code est entré en vigueur depuis le 1er septembre dernier on soupçonne une main noire qui agit en défaveur des réformes. C’est le mélimélo que Don Mello a créé. Il s’agit en effet de la superposition de prérogatives avalisée par Alpha Condé lui-même, notamment au niveau des structures de contrôle des marchés publics. Alpha Condé veut mettre en place dans les plus brefs délais « une structure chargée de renforcer le contrôle sur la passation et la gestion des marchés publics dans l’objectif d’améliorer sensiblement la qualité de la gestion des finances publiques. » D’ailleurs, Alpha Condé instruit son Ministre de l’Economie et des Finances à «identifier des bailleurs de fonds et institutions internationales susceptibles d’accompagner un programme de formation soutenu en faveur des responsables de passation des marchés publics ».

Depuis cette sortie du président, des commentaires les plus décevants aux incompréhensions les plus inédites alimentent toutes les discussions. Tant au niveau de l’ACGP, gérée par Mamadi Thalès Condé, proche du Président et donc de Don Mello, lequel créé le mélimélo dans le secteur, qu’au niveau du ministère des Finances, à travers la direction nationale du contrôle (DNCMP). Le ministre des Finances Mamadi Camara, très mou face à l’uppercut n’a pas joué son rôle auprès du chef de l’Etat. Pourtant, il est partie prenante de la réforme des marchés publics, donc bien imprégné de l’existence préalable de la structure de contrôle que constitue la DNCMP. L’ACGP est mise hors-circuit. Elle est réduite (maître d’œuvre public) et elle doit survivre jusqu’à son extinction pure et simple.

Sauf que, selon des sources, ce nouveau statut est mal perçu par Thalès Condé et Cie. C’est pourquoi, ils font tout, y compris le mélimélo de Don Mello afin de résister. Quitte à tout amalgamer. Et à manipuler tout le monde y compris Alpha lui-même. La réforme quant à elle prend déjà un sérieux coup !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.