Massacre du 28 septembre : Dadis rejette toute responsabilité pénale

L’ancien chef de la junte militaire, Moussa Dadis Camara, a été une nouvelle fois entendu hier lundi par les juges en charge du dossier du massacre du 28 septembre 2009. Selon une source proche du dossier, l’ex-capitaine de l’armée guinéenne, tout en reconnaissant sa “responsabilité morale” (en tant que chef suprême de l’armée) dans les violences, rejette en bloc les accusations pour lesquelles il est poursuivi.

Accusé de “meurtre, complicité d’assassinat, pillage, non assistance à personne en danger…”, Dadis Camara a toujours clamé son innocence dans les crimes commis en 2009, se disant être lui-même victime. Dans une interview qu’il a accordée à nos confrères de Jeune Afrique, M. Camara a promis de rentrer bientôt dans son pays pour se battre et montrer à ses détracteurs et à ses ennemis qu’il est avec la Guinée.

Investi candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2015 par les Forces patriotiques pour la démocratie et le développement(FPDD), l’ancien putschiste a été inculpé pour le massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry, où un rassemblement pacifique d’opposants à son éventuelle candidature à l’élection présidentielle de l’année suivante (2010) avait été réprimé dans le sang par les forces de sécurité et des éléments de l’armée, faisant plus de 150 morts, une centaine de femmes et filles violées, plus de 1.000 blessés et des dizaines de disparus. Moussa Dadis Camara se dit prêt pour l’éclatement de la vérité.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.