MEDIAS PUBLICS : Les responsables veulent remettre de l’ordre

C’est contre une tare ancrée et presqu’institutionnalisée que les responsables de la RTG Koloma, la RTG Boulbinet et du quotidien national Horoya veulent aller en guerre. En effet, selon un communiqué conjointement signé par Yamoussa Sidibé, Ben Daouda Sylla et Alhassane Souaré, les journalistes qui se sont auto-désignés responsables communications auprès d’un certain nombre de départements ministériels, doivent rompre avec cette pratique. Si la démarche qui guide les trois responsables est des plus légitimes, il reste cependant à savoir s’ils sauront la traduire sur le terrain.

A propos, il faut tout d’abord rappeler que par le passé, le ministère de la communication du temps de Césaire Kpoghomou, avait édicté une décision similaire. Cette fois-là, il s’agissait des journalistes du service public qui signaient parallèlement pour des médias privés dont les sites et les journaux papiers. Mais la décision était restée lettre morte.

Du coup, on ne sait si cette autre directive aura raison de nombreux de nos confrères de la presse écrite qui, profitant de la relation avec des ministres ou leur entourage, ont élu domicile dans certains départements. Ils y sont en permanence, sont de facto ceux qui couvrent les activités du ministre notamment à l’intérieur du pays et sont bien entendu, pas du tout indépendants. En fait, du fait des relations qu’ils entretiennent avec les cadres du département et en raison des avantages financiers et en nature qu’ils en attendent, ils ne se soucient guère de l’objectivité. Attachés de presse de fait, ils sont plus enclins à défendre et encenser les ministres en question.

En somme, il s’agit d’un deal gagnant-gagnant. D’un côté, le journaliste sous-payé à la RTG, trouve-là de quoi arrondir les fins de mois. De l’autre, les ministres s’assurent de la disponibilité permanente d’un faire-valoir prêt à les soutenir et à les promouvoir, quelles que soient les circonstances.

Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.