Un médiocre à la tête de la CNSS

Malick Sankhon aime la confrontation. C’est ce qui a d’ailleurs motivé la mise en place des Chevaliers de la République dont les exactions ont laissé des traces indélébiles. C’est un homme aux intrigues. Un homme au double visage qui sait jouer sur tous les tableaux. L’hypocrisie politique est chez lui ce que l’argent représente pour le militant, à veille d’une élection.

En menaçant de lâcher ses hommes nourris et habillés sur les fonds publics contre toutes velléités au niveau de la CNSS, Malick Sankhon s’expose et expose sa médiocrité. Or, la logique de la confrontation ne règlera absolument rien du tout, ni pour lui, ni pour le pays dont il se sert à satiété depuis Lansana Conté. En effet, la CNSS souffre d’un grave problème de communication dans ce pays autour du rôle et de la fonction sociale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale et qui ne date même pas d’hier, commente un analyste. Bien entendu, en désespoir de cause, pour noyer le poisson et souffler un peu après la polémique qu’il a créé, il s’est accoquiné avec la presse nationale pour bavarder. La rencontre avait un prix. Malick l’a payé rubis sur ongle. Mais il reste encore en sursis. La chape de plomb est toujours sur lui.

En lieu et place des discours divisionnistes, Malick aurait profité des assemblées générales ordinaires du RPG pour dire ce quoi la Caisse et ses embranchements. Il avait même donné des infos peu connues des Guinéens.  « Quand tu cotises, tu as un enfant, tu as droit à une allocation familiale. Encore, si tu tombes malade, à partir du neuvième jour, tu as droit que la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale te prenne en charge. Egalement, quand tu subis un accident, tu es bien immatriculé à la CNSS, tu as droit aussi à une prise en charge. Une fois à la retraite, tu as aussi droit à une pension. D’ailleurs, sur ce point, je précise que la pension était à 75 000 fg par trimestre avant l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir. Grâce à lui, depuis six ans, ce montant a grimpé à 440 000fg.  Et s’il plait à Dieu, en 2018, cela sera revu à la hausse»,avait-il déclaré.

C’est des discours dont on a besoin. Pas des discours politiques qui opposent les Guinéens, qui mettent en péril la paix et la quiétude sociale. Malick est un médiocre. Comme bien d’autres proches d’Alpha Condé ou supposés comme tels.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.