Meeting du 7 janvier : Dalein remobilise sa troupe !

« Restons mobilisés et le 7 janvier nous allons montrer le signal pour exiger la satisfaction de nos revendications et s’il y a un refus nous allons demander le départ d’Alpha Condé. Il faut que vous soyez mobilisés. Il ne faut pas avoir peur.»

Cet appel de Dalein Diallo a été fait samedi dernier au cours de la reprise des assemblées générales ordinaires du parti, à son siège à Conakry. Suspendues depuis des lustres à cause d’Ebola, ces assemblées permettent, on le sait, d’échanger et de tenir en haleine les militants. Pour cette assemblée-là, il était question entre autres du meeting projeté pour le 7 janvier, par l’opposition. C’est pourquoi, Dalein Diallo a donné de larges détails sur la motivation de ce meeting.

Extrait : « Nous avons dit qu’il faut réformer la CENI. Nous voulons réformer une CENI compétente, neutre, et impartiale capable d’assurer l’équité du scrutin et d’organiser des élections libres et transparentes. Nous avons vu le pseudo-recensement général de la population. Nous avons exigé que ce recensement soir repris. Nous avons demandé et exigé que le fichier électoral soit entièrement repris parce qu’il a été fortement tripatouillé en 2013. Il faut qu’il soit repris avec la participation des représentants de la communauté internationale. On avait dit à partir du 15 décembre mais pour plusieurs raisons, nous l’avons reporté au 7 janvier. Le 7 janvier, nous allons organiser un grand meeting à la terrasse du stade du 28 septembre. Je vous invite à vous mobiliser massivement pour venir

montrer à l’opinion nationale, à l’opinion internationale, à M. Alpha Condé, qu’on n’acceptera pas la mascarade électorale. Et ce sera un test majeur pour l’opposition guinéenne. Et je sais que je serai fier de la participation des militants et sympathisants de l’UFDG comme toujours. Ils vont se lever pour dire non à la dictature, non à la violation des droits de l’homme, non à la violation des règles et principes démocratiques. »

Pendant ce temps, le syndicat attend toujours la fumée blanche du côté du gouvernement, au risque d’aller en grève comme prévu, le 5 janvier, déjà déclarée chômée et payée par l’Etat.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.