Merkel aux portes de Conakry : « La Guinée est fréquentable », clamait Kassory

En voyant à la télévision nationale ou autres TV étrangères, le séjour d’Angela Merkel en Afrique de l’Ouest, jusqu’aux portes de Conakry, sans qu’elle ne soit arrivée en Guinée, Kassory Fofana doit certainement avoir un pincement au cœur. Lui qui est allé crier sous le ciel de la Savane que : « La Guinée faisait la risée du monde entier. Aujourd’hui la Guinée est fréquentable. »

Mensonge, dénégation manipulation, les mots manqueront pour qualifier cette déclaration du Premier ministre en Haute Guinée. En effet, la chancelière allemande, qui a atterri mercredi au Sénégal, s’est également rendue au Ghana et au Nigeria. Une tournée diplomatique qui intervient au moment où Berlin mise sur le développement du continent pour endiguer les flux migratoires et renforcer la lutte contre la menace jihadiste. Deux préoccupations qui hantent aussi Conakry, mais oubliée dans cette autre tournée d’une grande personnalité de la planète. On crie à tue-tête que la Guinée est de retour sur la scène internationale, mais, tout le monde la biffe dans le programme.

Il se trouve que Conakry est bien jaloux de Dakar où on connait une croissance économique de 6 ou 7% depuis plusieurs années et où des grands de ce monde écument. Le Chinois était là vers la fin juillet. L’empire du milieu est le deuxième partenaire commercial du Sénégal, derrière la France, avec un volume d’échanges de deux milliards de dollars en 2016, incluant des projets d’infrastructure, selon des chiffres officiels sénégalais. Les exportations du Sénégal vers la Chine se chiffraient à plus de 115 millions d’euros en 2017, les principaux produits exportés vers la Chine étant des minerais (zircon et titane) et les arachides.

La Chine est aussi le deuxième fournisseur du Sénégal après la France. Les importations de la Chine sont passées de 227 milliards FCFA (plus de 346 millions d’euros) en 2013 à 367 milliards FCFA (plus de 559 millions d’euros) en 2017. Cette évolution s’explique par l’accroissement des importations de produits tels que les appareils de réception, les compteurs d’électricité et les matériaux de construction (tubes, tuyaux et matériel en fer).

La visite de Xi Jinping à Dakar a laissé un goût amer à Alpha Condé : « Nous avons appris que le président Xi Jinping viendrai en Afrique de l’ouest. Or la Guinée a été le premier pays d’Afrique du sud du Sahara à établir des relations avec la Chine. Et ça sera très difficilement incompréhensible pour le peuple de Guinée qu’il aille dans des pays qui, pendant plus de 20 ans 25 ans n’avaient des relations qu’avec Taiwan, et qu’il vient là sans venir en Guinée, ce qui serait vraiment inamicale et le peuple de Guinée ne comprendrait pas », se lâchait-il. Pourtant, l’accord-cadre signé mercredi 6 septembre prévoyant le financement par la Chine de 20 milliards de dollars d’infrastructures en Guinée. La somme sera on le sait, progressivement décaissée selon ce qui se raconte, entre 2017 et 2036. En échange, la Guinée accordera des concessions minières à des entreprises chinoises. Don Kass, la Guinée est bien de retour, non ?
Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.