Mesures barrières : comment le port du masque est respecté dans les écoles ?


Pour briser la chaîne de propagation de la Covid-19 et contrer le virus Ebola qui vient de faire sa résurgence en Guinée Forestière, le chef de l’État a décrété plusieurs mesures sanitaires parmi les quelles, le port obligatoire du masque. Dans la commune urbaine de Kankan, cette mesure est foulée au sol. Dans plusieurs établissements d’enseignement public de la ville, le port de la bavette n’est que partiellement respecté par les élèves, dans les salles de classes la majorité en porte mais une fois dans la cour, ils les enlèvent.
« Tout le monde a une bavette dans notre école ici, d’ailleurs tu ne rentre pas dans la cour sans avoir porté ta bavette. Quand on rentre en classe les professeurs nous disent de les porter, mais quand on sort de la classe on enlève aussitôt, moi personnellement je n’aime pas les bavettes parce que je n’y suis pas habitué. » Nous a confié un élève de la 11è année sous couvert d’anonymat.
Outre le port du masque, le respect du lavage des mains et de la distanciation sociale laisse à désirer, aucun kits n’est visible à l’entrée de la cour et des salles de classes de cette école, et avec les effectifs pléthoriques dans les salles le respect de la distanciation est quasi-impossible. Au lycée Moryfindjan Diabaté de Kankan, un élève nous a confié que : « Nous sommes très nombreux en classe, donc si le gouvernement nous dit de laisser au moins un mètre de distance entre nous ça sera un problème, parce que nous sommes assis trois par table, comment on peut laisser un mètre de distance entre nous avec ce nombre. »
Depuis Kankan, Aly Badara Keita pour kababachir.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.